Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Pour les Amoureux de Montmartre, des Chats.de l'île d'Oléron, des Voyages. Les Amis Inconnus et les Poètes...

older | 1 | .... | 4 | 5 | (Page 6) | 7 | 8 | .... | 21 | newer

    0 0

    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.

    ..La 21ème division du cimetière Montmartre est sans doute l'une des plus intéressantes par sa situation sur une hauteur centrale d'où on jouit d'une vue impressionnante sur la ville des morts et par ses habitants qui furent des gloires de leur temps.

    Alexandre Dumas fils (1824-1895) en fait partie.

    Il est étendu comme un bourgeois qui viendrait de se coucher, l'air satisfait de la journée achevée, les mains croisées sur sa robe de chambre,

    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.
    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.

    Etrange écrivain qui fut à la fois défenseur des victimes de la société bourgeoise, femmes abandonnées, filles-mères, enfants naturels et partisan d'une politique sociale conservatrice !

    Il eut lui même à souffrir de l'égoïsme d'un père qui après avoir séduit sa voisine ne reconnut qu'à contre coeur, sept années après sa naissance, le garçon qui était né de sa liaison et dont il confia l'éducation à un pensionnat-caserne.

    Sans doute le conservatisme du fils fut-il une réaction à la liberté insolente et à l'hédonisme d'un père flamboyant dont la gloire était écrasante et le sentiment paternel pour le moins léger!

    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.
    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.

    La plupart de ses oeuvres sont ignorées aujourd'hui et l'on a du mal à imaginer le succès qui fut le sien.

    Ses deux pièces les plus célèbres le Fils Naturel et le Père Prodigue ne sont plus jouées et la plupart de ses écrits sont tombés dans l'oubli. George Sand "sa chère maman" comme il l'appelait ne viendra pas le consoler, elle habite une tombe trop éloignée de la sienne, dans son domaine de Nohant !

    Il n'en est pas de même de Marie Duplessis alias Alphonsine Duplessis qui ne demeure qu'à deux cents mètres de là et qui a toutes les raisons de lui rendre visite et de le consoler!

    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.
    Détails de la tombe  d'Alexandre Dumas fis et tombe d'Alphonsine-Marie Duplessis.à côté de celle de Jean-Claude Brialy.
    Détails de la tombe  d'Alexandre Dumas fis et tombe d'Alphonsine-Marie Duplessis.à côté de celle de Jean-Claude Brialy.

    Détails de la tombe d'Alexandre Dumas fis et tombe d'Alphonsine-Marie Duplessis.à côté de celle de Jean-Claude Brialy.

    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.

    Alexandre fils a 20 ans quand il la rencontre et tombe amoureux d'elle. Elle lui rend son amour et elle l'admire. Enfin, le fils négligé par son père et sa mère et qui souffre d'un retard cruel d'affection trouve une femme, belle et courtisée qui le choisit et l'aime. Il ne l'oubliera jamais et lui consacrera son roman le plus célèbre, celui qui la fera entrer dans la légende : la Dame aux Camélias.

    En 1852 il en tire une adaptation théâtrale qui sera le plus grand succès de son temps! On connaît la suite et l'opéra bouleversant de Verdi, la Traviata, qui s'en inspirera. Marie Duplessis sous le nom de Marguerite Gauthier ou de Violetta entre alors dans l'éternité des grandes amoureuses tragiques.

    Elle est enterrés non loin de là où elle a pour voisin Jean-Claude Brialy.

    Il n'est pas assuré que le fantôme de l'acteur soit attiré par celui de la courtisane!

    La Dame aux Camélias, en russe, déposé par une visiteuse sur la tombe d'Alphonsine.

    La Dame aux Camélias, en russe, déposé par une visiteuse sur la tombe d'Alphonsine.

    Même s'il était d'usage d'affecter de penser dans les temps romantiques que chaque homme ne vivait qu'un seul grand amour dans sa vie, Alexandre n'en aima pas moins, après la mort d'Alphonsine, une princesse avec qui il eut une fille. Il ne l'épousa qu'après la mort du prince Narychkine, son époux. Quand cette princesse (connue sous le nom plus prosaïque de Nadine!) mourut à son tour, il épousa Henriette Escalier (Régnier) qui devint sa veuve quelques mois après son mariage.

    C'est cette dernière qui commanda en l'honneur de son mari le tombeau spectaculaire que nous voyons aujourd'hui.

    Elle fit appel à un sculpteur renommé, tout ce qu'il y a de plus académique, un artiste de salons et de médailles comme les affectionnait la 3ème République. Il s'agit de René de Saint-Marceaux (1845-1915).

    Le dais au-dessus du gisant...

    Le dais au-dessus du gisant...

    L'inscription voulue par Alexandre Dumas fils et sous laquelle il est couché : "Je me constituai dans ma vie et dans ma mort qui m'intéresse bien plus que ma vie car celle-ci ne fait partie que du temps et celle-là de l'éternité."    ...........Pas terrible comme vademecum!

    L'inscription voulue par Alexandre Dumas fils et sous laquelle il est couché : "Je me constituai dans ma vie et dans ma mort qui m'intéresse bien plus que ma vie car celle-ci ne fait partie que du temps et celle-là de l'éternité." ...........Pas terrible comme vademecum!

    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.

    René de Saint-Marceaux était un habitué des commandes officielles.

    Plusieurs de ses réalisations ornent l'espace parisien.

    Il est l'auteur du monument en l'honneur d'Alexandre Dumas fils entouré de muses dansantes, place du général Catroux dans le XVIIème. Une représentation un peu plus gaie que celle du cimetière!

    Mais une fois de plus le père écrase le fils. Dumas père trône, impérial sur un fauteuil, au sommet de son imposante statue de bronze, œuvre de Gustave Doré, élevée sur la même place!

    Alexandre Dumas (père) par Gustave Doré.

    Alexandre Dumas (père) par Gustave Doré.

    Sous les pieds d'Alexandre dont les admirateurs ont arraché quelques doigts, une plaque rappelle la présence de sa dernière femme, Henriette Escalier (Régnier) morte en 1915.
    Sous les pieds d'Alexandre dont les admirateurs ont arraché quelques doigts, une plaque rappelle la présence de sa dernière femme, Henriette Escalier (Régnier) morte en 1915.

    Sous les pieds d'Alexandre dont les admirateurs ont arraché quelques doigts, une plaque rappelle la présence de sa dernière femme, Henriette Escalier (Régnier) morte en 1915.

    Parfois, ce qu'il y a de plus intéressant chez les hommes c'est leur femme. Peut-être est-ce ce que pensa Proust qui s'inspira de l'épouse de Saint-Marceaux qui tenait un salon de musique boulevard de Malesherbes pour dépeindre Madame Verdurin.

    Le salon de Madame de Saint-Marceaux, 100 boulevard de Malesherbes, avec Debussy...

    Le salon de Madame de Saint-Marceaux, 100 boulevard de Malesherbes, avec Debussy...

    Alexandre Dumas fils. Cimetière Montmartre. Saint Marceaux.

    Alexandre Dumas fils aurait mérité un monument funéraire plus inspiré avec statue d'amoureuse en pleurs et camélias à profusion.

    Oublions ce triste gisant...

    ... et rêvons que le buste de Dumas, sensible et vigoureux, sculpté par Carpeaux, vienne nuitamment prendre sa place!


    0 0

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    Il y a des voix que l'on n'oublie pas

    Des voix qui chantent la joie et la tristesse avec la même force vitale

    Des voix de feux dans la nuit

    Des voix de marin qui découvre une terre

    Des voix de rideaux rouges qui s'écartent

    Des voix de coeur qui se remet à battre

    La voix de Carole Fredericks est de celles-là

    Carole Fredericks ne disait jamais son année de naissance : "Je suis née le 5 juin"...

    Et personne ne cherchait à en savoir plus.

    Elle n'a pas eu le temps d'être vieille

    Elle est morte deux jours après son anniversaire, un 7 juin

    On n'a pas respecté son désir d'effacer les années...

    Elles sont gravées dans le marbre de sa tombe entre deux anges maladroits

    Tombe de Carole Fredericks. Cimetière Montmartre. 23ème division.

    Tombe de Carole Fredericks. Cimetière Montmartre. 23ème division.

    Un médaillon la représente, à la fois souriante et triste.

    Les gens qui aiment la vie ont souvent dans le regard un rien d'inquiétude et de tristesse.

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    Les visiteurs qui s'arrêtent sur sa tombe s'approchent de sa photo.

    C'est en la regardant qu'ils la retrouvent et qu'ils oublient la pierre grise et anguleuse.

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.
    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    Sa tombe ne lui ressemble pas.

    Il faudrait des couleurs, il faudrait des lumières, il faudrait des feuilles qui bougent dans le vent.

    Il faudrait les couleurs du Sénégal où elle est morte après avoir chanté une dernière fois.

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    Parce que la mort ne lui va pas

    Elle avait le coeur trop grand, elle qui participait aux Enfoirés, elle qui chantait pour que le monde soit plus juste

    Elle avait le coeur si grand qu'il aurait dû résister à la fatigue et à la surcharge d'un corps trop généreux

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    Sur le marbre sont gravées quelques paroles d'une chanson dont elle écrivit le texte et J.Jacques Goldman la musique : Jesus in me

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    Jésus est venu me trouver. Il m'a révélé mes vrais désirs. Il m'a montré le chemin de vie.

    Mes voyages m'ont fait connaître des villes que je n'aurais jamais imaginé connaître.

    Ils ont fait briller la lumière divine des regards de tous ceux que j'ai rencontrés.

    Que jamais je n'oublie que c'est lui Jésus

    Que c'est lui qui vit en moi

    Que c'est lui qui vit au plus profond de moi-même

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    Sur la tombe, une plaque posée par Rose et Lââm rappelle quelques paroles d'une chanson de Goldman...

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.
    Fredericks Goldman Jones

    Fredericks Goldman Jones

    Carole Fredericks. Cimetière Montmartre.

    .... Et maintenant il suffit de pousser la porte grise du temps pour entendre Carole Fredericks chanter...


    0 0

    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014

    Le 11 octobre 2014, la journée a mal commencé : des pluies diluviennes tombaient sur Paris, compromettant la fête folklorique des vendanges.

    Vers midi le soleil est revenu et à 15 heures le défilé a pu prendre le départ devant la mairie du 18ème.

    Voici quelques images, quelques visages du cortège bon enfant où les confréries pinardières étaient majoritaires....

    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Ukrainiens de Paris...

    Ukrainiens de Paris...

    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    L'hospitalité ukrainienne : le pain et le sel. Comment sourire quand son pays est déchiré?

    L'hospitalité ukrainienne : le pain et le sel. Comment sourire quand son pays est déchiré?

    .

    .

    .

    Quelques spectateurs à leur fenêtre ou sur les trottoirs....

    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014
    Défilé des Vendanges. Montmartre 11 octobre 2014

    0 0

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    .

    William Bouguereau (1825-1905, né et mort à La Rochelle) fait partie de ces grands peintres du XIXème siècle trop vite classés "académiques" et méprisés pendant longtemps par les critiques.

    Les Américains qui ont acheté dès le début la plupart de ses oeuvres, ne l'entendent pas de cette oreille et c'est grâce à eux que des expositions ont pu faire connaître le talent et la puissance créatrice du peintre.

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    Une des plus belles toiles de l'exposition d'Orsay sur l'Ange du Bizarre était de lui.

    Dante et Virgile aux Enfers. Une vision de cauchemar carnivore, un combat infernal et tellurique.

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    D'autres toiles impressionnent et stimulent l'imagination comme cette Égalité devant la mort, vision funèbre et onirique...

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    Bouguereau a souvent choisi de peindre des sujets mythologiques, source inépuisable d'inspiration.

    Après la terrible année 1876 où il perd son épouse et deux de ses enfants, il se tourne vers des sujets religieux.

    Certains de ses tableaux méritent alors d'être taxés d'académisme mais d'autres traduisent une étrangeté et un sens du mystère qui les apparentent à de grandes oeuvres romantiques.

    C'est le cas de cette Âme emportée au ciel peinte moins de deux ans après la perte des êtres aimés. Les anges portent délicatement la défunte, avec une légéreté et une délicatesse qui sont celles avec lesquelles l'artiste pense à ses morts. Ils l'emmènent vers la lumière.

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    Hélas, ce n'est pas une toile de cette force que l'on découvre au Musée des Beaux-Arts de La Rochelle. Cette ville qui devrait s'enorgueillir de compter un tel artiste parmi les siens, ne possède presque rien de lui.

    Peut-être même n'aurait-elle rien si Madame Vincens-Bouguereau (Henriette, fille du peintre) n'avait fait don à la ville de l'Océanide un an après la mort de son père.

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    Les nus féminins de Bouguereau connaissaient un grand succès et le peintre céda à la facilité en les multipliant et en reprenant son modèle de Vénus qui avait tant plu (La Naissance de Vénus)

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    On trouve la même femme aux formes parfaites, peinte avec une précision ingresque dans de nombreuses toiles comme la Vague ou la Perle!

    La Perle

    La Perle

    Oeuvres qui si elles étaient la seule production de Bouguereau donneraient raison à ses détracteurs et à leur accusation d'académisme.

    Et pourtant...

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle
    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    Deux points retiennent l'attention. Tout d'abord la date de cette oeuvre : 1904.

    C'est un an avant sa mort que le peintre l'exécute.

    Il n'a plus rien à attendre de la gloire ou des honneurs.

    Il choisit en ces derniers mois de sa vie de peindre non pas une résurrection, non pas une vision divine, mais une femme dans la splendeur de sa jeunesse, allongée sur le rivage et léchée par l'écume.

    Afin de donner à sa toile un alibi culturel, il l'appelle l'Océanide.

    Une océanide est une nymphe des eaux, fille de l'Océan et de Téthys. Elle est en réalité liée aux eaux dormantes et aux fleuves, les nymphes maritimes étant les Néréides.

    Peu importe cette approximation!

    Notre Océanide est tout entière offerte aux éléments, la douceur du ciel, le mouvement des eaux.

    Elle est tournée vers le spectateur qui sur le rivage la contemple, comme une Vénus née de la mer...

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    Elle n'est que sensualité, la poitrine offerte, les jambes prêtes à s'ouvrir.

    Bouguereau. L'Océanide. Musée des Beaux Arts. La Rochelle

    Le deuxième point qui retient l'attention est la présence de la vague qui laisse en transparence passer la lumière. C'est la vague que maintes fois Bouguereau a vue sur les plages charentaises, celle qui passe du bleu au vert, celle qui est douceur et puissance.

    C'est la vague que je retrouve sur le rivage oléronais.

    Ainsi, Bouguereau dans une de ses dernières oeuvres dit à la fois son amour de la vie, de la femme à la fois réelle et divine, son amour aussi de l'océan près duquel il est né, près duquel il mourra.

    Son Océanide cesse alors d'être un simple nu académique. Elle est un ultime message, une ultime déclaration d'amour à la femme et à l'océan.


    0 0

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Darc en ciel

    Le plus beau titre de journal pour annoncer la mort de Daniel Darc (28 février 2013) fut celui de Libération :

    Mais les journalistes jouent avec les mots...

    Les morts n'ont rien à en faire.

    On ne les encielle pas

    On les enterre...

    Tombe de Daniel Darc. 30 ème division en bordure de l'Avenue de la Croix. Cimetière Montmartre.

    Tombe de Daniel Darc. 30 ème division en bordure de l'Avenue de la Croix. Cimetière Montmartre.

    photo Yannick perrin
    photo Yannick perrin

    .

    Le nom de naissance de Daniel Darc, sa famille, son histoire, sa carrière... tout est écrit, publié. Comme si un homme tenait dans un livre.

    Devant sa tombe en bordure de l'avenue de la Croix, le regard s'échappe vers les arbres, vers les feuillages sombres ...

    On ferme les yeux

    On entend quelques paroles de ses chansons

    La mort, la peur, l'amour, l'attente...

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Tu ferais mieux de te dépêcher

    Prends ma main, allons loin d'ici

    Le temps n'attend ni toi ni moi

    Rien qu'une dernière fois

    Allons tout droit au paradis

    Photo Chevalier Barondaniel

    Photo Chevalier Barondaniel

    Pardonnez nos enfances

    Comme nous pardonnons

    A ceux qui nous ont enfantés

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Quand un feu-follet s'éteint

    Que devient-il est-ce la fin

    .

    Ma vie ne va pas assez loin

    Alors j'accélère

    Je la redresse

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Un jour je m'en irai, j'irai sur les routes

    Je naîtrai de nouveau et si le soleil est beau

    J'oublierai ses cheveux, j'oublierai ses yeux

    Et peut-être enfin je pourrai aimer

    Je pourrai aimer, aimer à nouveau

    Je pourrai aimer, aimer à nouveau

    Pour l'éternité

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Rien qui ne reste

    Rien qui ne demeure

    O ciel funeste

    O ciel moqueur

    Que faire? Je leste de plomb mon coeur

    A chaque geste

    Trop de douleur

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Ça ne sert à rien

    Bien sûr on peut compter encore

    Ça ne sert à rien

    Compter le nombre des morts

    Ça ne sert à rien

    Ça va ça vient

    Viens prends ma main

    Ça ne sert à rien

    Ça va ça vient

    Drôle d'idée drôle de décor

    Ça va ça vient

    C'est toujours mieux qu'être mort

    Est-ce vraiment mieux qu'être mort?

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    La vie est mortelle mon amour

    Pas un encore pas un retour

    Bientôt viendra la fin des jours

    La fin des jours

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Est-ce déjà trop tard est-ce encore trop tôt ?

    Quand le jour viendra seras-tu encore là ?

    Je n'attends que toi

    Depuis si longtemps

    Et si c'est faux ne fais pas attention

    Est-ce déjà trop tard est-ce encore trop tôt ?

    Quand le jour viendra seras-tu encore là ?

    Sur la tombe. Cailloux, coquillages...

    Sur la tombe. Cailloux, coquillages...

    Quand je mourrai j'irai au paradis

    C'est en enfer que j'ai passé ma vie

    Combien de ruptures combien de blessures

    Un sourire hélas qui s'enfuit, s'efface, brûle et s'enfuit encore

    Je serai indécis je serai déjà mort.

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Si je traverse les ravins de la mort

    Je ne crains aucun mal

    Car tu es avec moi

    .

    .

    .

    .

    Daniel Darc. Cimetière Montmartre. 30ème division.

    Liens: tous les articles sur les habitants du cimetière Montmartre:

    Classement alphabétique: Cimetière Montmartre:

    Petite biographie minimale

    Daniel Rozoum dit Daniel Darc (30 mai 1959 à Paris, 28 février 2013 à Paris)

    1978: Lycée Balzac.

    Rejoint le groupe Taxi Girl.

    1986 fin du groupe (mort par overdose de cocaïne du batteur, Pierre Wolfsohn).

    1987 : Album solo "Sous influence divine".

    1988 : rencontre et amitié avec Bill Pritchard. Album "Parce que"

    1988: "La ville" produit par Etienne Daho

    1994: album "Nijinsky"

    Longue période d'addiction. Dérive entre mort et prison.

    2004: Album "Créve-Coeur" avec Frédéric Lo. Victoire de la Musique. Révélation de l'année.

    Collaboration avec de nombreux artistes (Cali, Lavoine, Birkin etc...)

    2008 "Amours suprêmes" avec Frédéric Lo

    2011: "La taille de mon âme"

    2013: 28 février. Il est retrouvé mort à son domicile. Alcools médicaments. On apprendra plus tard qu'un oedème pulmonaire est la cause de sa mort.

    14 mars obsèques (Oratoire du Louvre) et inhumation au cimetière Montmartre.


    0 0

    Poème. La salle de réveil. J'ai froid.

    .

    La Salle de réveil

     

    J'ai froid

    Des milliards de tremblements me secouent

    Comme un vieillard

    Comme un chevreuil qui vient de naître

     

    J'ai froid

    Mes mâchoires crépitent 

    Claquent mes dents comme l'averse

    Comme la grêle sur la vitre

     

    J'ai froid

    Je cherche au milieu de moi un peu de chaleur

    Je cherche en moi le ventre

    Où m'accueillir

     

    J'ai froid

    Donnez-moi une étincelle

    Non pas la flamme aux bras maternels

    Une étincellle un peu de bruit et de couleur

     

    J'ai froid

    Donnez-moi une parole

    Un rouge-gorge sur l'arbre mort

    Un marron chaud au creux des mains

     

    J'ai froid

    Dites mon nom si vous le connaissez

    Dites-moi que je l'entends

     

    Dites-moi que ce n'est pas l'écho

    Qui vous répond

     

     

     

    (Poème écrit avant l'opération du 17 octobre pour conjurer la peur. )

     


    0 0
  • 10/26/14--08:20: Willette. Parce Domine.
  • La grande toile de Willette, exposée au Musée de Montmartre, est si sombre et désespérée que les visiteurs qui ont de Montmartre une image stéréotypée de gaité et de fêtes ne manquent pas d'en être étonnés.

    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.

    La toile a été peinte en 1884 pour décorer le Cabaret du Chat Noir.

    Une farandole de fêtards se précipite en groupe compact, dans un mouvement irrésistible, vers la Seine, à la suite d'un pierrot qui tient en main le révolver encore fumant avec lequel il vient de se suicider.

    C'est la représentation d'une fête quasi hystérique où les êtres sont entraînés sans tenter de s'y opposer dans une danse des plaisirs qui se transforme en danse macabre.

    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.

    Par un soir neigeux, dans une lumière ocre et brouillée, le cortège descend de la Butte dont les moulins font tourner leurs ailes sur lesquelles sont inscrites les notes et les paroles d'un cantique que Willette avait souvent chanté :

    "Parce Domine, parce populo tuo..." Pardonne Seigneur, pardonne à ton peuple...

    Le ton est donné. Ce n'est pas une chanson frivole et paillarde telle qu'on en chantait dans le cabaret mais une prière de repentance pour tous les péchés, à commencer ceux de la chair, qui accueille les noctambules venus au Chat Noir s'émoustiller les sens!

    Willette. Parce Domine.

    A la queue du cortège (et derrière la queue d'un chat noir monstrueux!) apparaissent les communiantes, le cierge à la main, très vite dévêtues, le corps juvénile offert à tous, les cheveux au vent.

    Le passage est sans transition de la pureté à la luxure.

    Dans son commentaire écrit des années plus tard, Willette, rend coupables les pierrots de cette déchéance: " Les pierrots cherchent à s'emparer de leur innocence par des ruses diaboliques".

    Willette. Parce Domine.

    Assise en amazone sur un chat noir, compagnon de sabbat des sorcières, une femme rousse (couleur du diable depuis le Moyen-âge) entraîne les troupes en brandissant un bébé.

    C'est une image terrible, la plus cruelle sans doute de la scène. Le bébé, tourné vers l'arrière, comme s'il voulait s'échapper, est entraîné dans la fête. On pense ici au sacrifice des nouveau-nés jetés dans le ventre embrasé du dieu Baal.

    "Ils ont bâti des hauts lieux pour brûler leurs enfants au feu en holocauste à Baal" (Livre de Jérémie)

    Willette. Parce Domine.

    Pour arriver plus vite à la fête certains s'entassent dans des omnibus tirés par des chevaux qui ressemblent à ceux de l'Apocalypse.

    .

    "...Tandis que des mortels la multitude vile

    Sous le fouet du plaisir ce bourreau sans merci

    Va chercher des remords dans la fête servile..." (Baudelaire)

    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.

    Les couples se forment, on danse on s'embrasse, on se caresse.

    Les femmes sont des danseuses et des courtisanes venues tout droit du Moulin Rouge ou de l'Elysée Montmartre, elles lèvent la jambe, elles rient et mènent le bal.

    L'une d'elles est différente. Elle résiste au pierrot qui la saisit. Ses ailes sont le symbole d'une pureté qu'on lui arrache. Ce couple central montre assez que Willette fait de l'homme le premier coupable, celui qui est habité de désirs pervers. Dans le couple Adam et Eve, c'est lui qui tendrait la pomme!

    Certains mouvements sont si bien représentés avec un tel sens du rythme qu'on pense (et c'est rarement le cas dans l'oeuvre de Willette) à Lautrec. La touche est légère, à peine appuyée, au point de laisser deviner la trame de la toile.

    Willette. Parce Domine.

    Deux autres personnages vêtus de blanc attirent l'attention.

    La danseuse qui nous regarde et nous invite à la rejoindre et le pierrot guitariste dont la romance attire comme une proie sa voisine.

    On sait que Willette, créateur du Pierrot de Montmartre, écrira ses Souvenirs sous le titre de "Feu Pierrot", un titre qui conviendrait aussi bien à cette oeuvre.

    Pour lui, l'artiste corrompt son art fait pour élever l'âme en l'utilisant pour la séduction et le plaisir des corps. L'artiste est coupable de dévoyer pour arriver à ses fins cet art qui est un don divin.

    L'inquiétude religieuse et le sens de la culpabilité qui l'accompagne s'exprime ici comme elle s'exprime dans les Fleurs du Mal.

    Willette sera l'initiateur d'une messe des artistes qu'il voulait que l'on célébrât le Mercredi des Cendres et pour laquelle il écrira une prière. Cette messe du "Voeu de Willette" est toujours célébrée à Montmartre.

    Willette. Parce Domine.

    Un couple montre un pierrot répandant son or pour séduire une belle.

    Métaphore on ne peut plus claire et souvent reprise dans les dessins de Willette, de l'homme gaspillant ses dons et son talent pour conquérir les femmes.

    Il écrit dans son commentaire :"C'est avec l'or de la poésie que les pierrots tendent leurs pièges."

    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.

    A l'avant du cortège, légèrement séparé de la foule, pierrot vient de se tirer une balle dans le coeu. Une femme vêtue de noir, l'encourage dans ce dernier moment. Ce n'est pas une danseuse sensuelle mais une bourgeoise habillée de noir comme pour aller à une messe funéraire. Ses ailes de papillon sont déployées. Elle donne un dernier baiser au pierrot qui va mourir. Elle venge toutes celles qu'il a séduites.

    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.

    Quelques pierrots assistent sans y croire à la scène. Ils comprennent trop tard que leur tour est proche...

    Willette. Parce Domine.

    Le cercueil est emmené dans un ciel sans clarté par des religieuses difformes coiffées de cornettes. Il n'y a pas d'ange dans le ciel, pas de pardon, il n'y a que de dérisoires danseuses de cancan.

    .

    "Je cherche fortune

    Autour du Chat Noir

    Et au clair de la lune

    A Montmartre le soir."

    Willette. Parce Domine.

    La chanson de Bruant que l'on chantait tous les soirs dans le cabaret résonnait dans les vapeurs d'absinthe sous le "Parce Domine" de Willette.

    Combien de noctambules se rendaient compte alors que la lune était une tête de mort?

    Willette. Parce Domine.

    Il y aurait beaucoup à dire encore de cette oeuvre violente. On pourrait évoquer une nouvelle fois Baudelaire, la double aspiration de l'homme tiraillé entre le ciel et la terre, la malédiction de ne savoir résister au plaisir et d'utiliser pour l'atteindre les dons reçus de Dieu.

    Willette était un chrétien torturé, il ne se faisait pas d'illusion sur les capacités de l'homme à lutter et dominer ses vices. Il était un grand pessimiste et ses dessins sur les tares humaines, sur la guerre, sur la justice sont parmi les plus terribles et les plus désespérés que l'on puisse voir.

    Léon Bloy décrit le tableau avec ces mots : "c'est une clameur de détresse et d'effroi lancée vers Dieu par un peuple de douloureux."

    Willette. Parce Domine.

    Liens :

    Peintres et artistes de Montmartre.

    Oeuvres étudiés dans le blog

    Je remercie l'ami internaute, passionné d'art, qui m'a envoyé ces photos du "Parce Domine". Sans lui je n'aurais pas pu écrire cet article.

    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.
    Willette. Parce Domine.

    0 0
  • 11/01/14--00:24: Poème. Automne. Toussaint.
  •  automne1

     

     

    Automne


    Le Revenant

     


    Je n'aime pas l'automne

    C'est la saison des animaux craintifs

    Des branches qui craquent sous les bottes

    Des coups de feu dans le ciel blanc

     

    C'est la saison qui caresse la nuque

    Avec des doigts humides

    Qui foule aux pieds les nuages

    Et cloue le soleil sur les arbres

     

    C'est la saison des cimetières

    De la Toussaint portes ouvertes

    C'est la saison où tu reviens

    La prière et la peur  dans le regard

     

    C'est la saison où je te vois

     Face à moi dans la glace

    Je vois ta main aux taches brunes

    Et le rasoir qui tremble en passant sur ma joue

     

     

    automne.jpg

     

    Liens Poèmes :

     

    Poème. Toussaint.

    Poème. Jour des Morts.

    Automne sale saison.


    Liste et liens des poèmes Alzheimer. Mon père.

    Liste des poèmes pour les enfants. Liens.

    Liste et liens des poèmes. Divers.

    Liens : poèmes d'amour .



     

    ....................................................................................................................................................................

     

    ..


     

    ...............................................................................................................

     


    0 0
  • 11/01/14--00:25: Poème. Toussaint.
  •  soulages-03.jpg

                                                             Pierre Soulages

     

     

    Toussaint

     

    Je me blottis dans la douceur

    Entre tes seins

    Le temps d'oublier la douleur

    De la Toussaint

     

    Je ne veux pas plonger les yeux 

    Dans ceux des morts

    Ni écouter grincer l'essieu

    D'un vieux remords

     

    Je ne veux pas laisser leurs mains

    De feuilles mortes

    Venir dans le petit matin

    Toucher ma porte

     

    J'ai si mal quand je pense à eux

    Parfois j'espère

    Devenir un jour oublieux

    Sans un repère

     

    Je veux laisser les chrysanthèmes

    Fâner pour rien

    Tu es mon amour et je t'aime

    Comme un vaurien

     

    Je me blottis dans la douceur

    Entre tes seins

    Le temps d'oublier la douleur

    De la Toussaint

     

    soulages-1972.jpg

                                                             Pierre Soulages (1972)

     

    ..................................................................................................................................................................

    Liens poèmes :


    Liste et liens des poèmes. Divers.


    Toussaint. Jour des Morts.

     La Baie des Trépassés.

    Un an après la mort.

    Mon père. Après la mort.

    Vendredi Saint. Mort de mon père.

     Mon père est mort.

    Bois Dormant.

    Petite soeur au cimetière.

    Tes morts

     Mort d'Elisabeth.

     

    Liens : poèmes d'amour de Christian Wacrenier.

     


     

    ....................................................................................................................................................................

     

     

     


    0 0

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    Que Gustave Moreau soit enterré à quelques centaines de mètres de sa maison de la rue La Rochefoucauld n'étonnera personne.

    Que sa tombe étroite soit dépouillée à ce point surprendra les amoureux du peintre qui auraient rêvé pour lui d'un temple hindou composite, avec des mosaïques byzantines, des colonnes de porphyre, des vitraux aux reflets or et pourpre...

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    La tombe modeste est mal entretenue.

    La mousse mange les lettres gravées dans la pierre.

    C'était avant la mort du peintre une simple pierre sous laquelle son père et sa mère avaient été couchés.

    Elle est située dans un endroit reculé du cimetière, 22ème division, au bord d'une allée étroite que les chats apprécient pour sa tranquillité,

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    L'inscription la plus ancienne rappelle le nom de Louis Jean Marie Moreau (1730-1794) père du peintre, architecte d'un certain renom qui fut en charge de la conservation des Monuments Publics de la ville.

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    Il construisit en 1849 sur le Rond-Point des Champs Elysées l'hôtel particulier de Madame Lehon.

    Le bâtiment fut transformé en 1896 dans le style Louis XV alors à la mode.

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    La deuxième inscription est celle de la mère du peintre, le grand amour de sa vie, Pauline Desmoutier (1802-1884) fille d'un ancien maire de Douai.

    Etrangement Camille, la soeur du peintre, morte alors qu'il était adolescent n'a pas sa place dans le caveau.

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    Sur la pierre les lettres entrelacées rappellent les initiales de Louis et Pauline Desmoutier.

    Moreau ne se remettra jamais de la mort de sa mère survenue trente ans après celle de son grand ami, le peintre Chassériau avec qui il avait vécu avenue Frochot.

    Le jeune homme et la mort. Toile peinte par Gustave Moreau après la mort de Chassériau.

    Le jeune homme et la mort. Toile peinte par Gustave Moreau après la mort de Chassériau.

    Après la mort de son ami, Gustave Moreau vécut avec sa mère dans l'hôtel de la rue de La Rochefoucauld que ses parents lui avaient acheté. Quand sa mère devint sourde, il prit l'habitude de communiquer avec elle en écrivant sur des papiers ses pensées et ses réflexions.

    Photo anonyme de Pauline Demoutier. Musée Gustave Moreau.

    Photo anonyme de Pauline Demoutier. Musée Gustave Moreau.

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    Nul doute que l'influence de cette mère aimante à l'excès eut des conséquences sur la vie sentimentale de son fils.

    Il eut cependant une confidente, "sa meilleure et unique amie" comme il l'appelait. Il s'agit d'Alexandrine Dureux.

    Quand elle meurt en 1890, il peint pour elle "'Orphée sur la tombe d'Eurydice" où il donne au poète ses propres traits au moment où il s'abandonne à la douleur près de la tombe de sa bien-aimée.

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    .

    Après avoir peint cette toile crépusculaire il ne reste au peintre que huit années de vie...

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    En 1896 après avoir fait agrandir sa maison, il passe des journées avec son ami et légataire universel Henri Rupp à organiser les salles du futur musée qu'il entend léguer à l'Etat. Il est aidé par ses élèves parmi lesquels Rouault et Delobre.

    Les Lyres Mortes
    Les Lyres Mortes

    Il fait plusieurs dessins d'une toile qui restera à l'état d'ébauche : "Les lyres mortes"

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    Souffrant de l'estomac et se sachant condamné, il fait des croquis de sa tombe à l'emplacement de celle qui abrite ses parents. Il complète la simple pierre par la colonne surmontée d'une urne.

    Il fait le même dessin pour la tombe de son amie Alexandrine Dureux.

    Projet de Moreau pour la tombe familiale et celle d'Alexandrine Dureux

    Projet de Moreau pour la tombe familiale et celle d'Alexandrine Dureux

    Projet pour la tombe d'Alexandrine Dureux.

    Projet pour la tombe d'Alexandrine Dureux.

    La tombe modeste que nous voyons aujourd'hui est donc telle que l'a voulue Gustave Moreau, bien différente des chapelles funéraires et des monuments imposants des gloires de son temps.

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    L'urne de pierre domine la tombe

    Le coeur du peintre n'y est pas

    C'est en regardant ses oeuvres si souvent hantée par le destin tragique et par la mort, qu'on peut l'entendre battre.

    .
    .
    .
    .
    .
    .
    Lien: articles du blog sur les peintres et les œuvres

    Peintres-et-oeuvres-classement.html

    Peintres-et-personnages-de-montmartre-classement-

    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.
    Tombe de Gustave Moreau. Cimetière Montmartre.

    0 0

    Edmond et Jules de Goncourt
    Edmond et Jules de Goncourt

    ..Pour toujours réunis dans leur caveau du cimetière Montmartre (13ème division), les Goncourt restent dans la mort ce qu'ils furent dans la vie, des frères inséparables!

    Tombe des Goncourt

    Tombe des Goncourt

    Edmond de Goncourt (1822-1896)

    Edmond de Goncourt (1822-1896)

    Jules de Goncourt (1830-1870)

    Jules de Goncourt (1830-1870)

    Germinie lacerteux
    Germinie lacerteux

    On les croirait jumeaux alors qu'Edmond (1822-1896) est de huit ans l'aîné.

    Ils vivaient ensemble et étaient si proches que les observateurs en étaient intrigués et qualifiaient leur relation d'attachement amoureux.

    Les frères étaient écrivains et se rattachaient au courant naturaliste. Ils rédigèrent plusieurs romans tombés aujourd'hui dans l'oubli. Le moins oublié est sans doute Germinie Lacerteux. Il fut écrit dans leur appartement commun de la rue Saint-Georges.

    Ils y romancèrent la vie de Rose Malingre qui était au service de leur mère puis au leur et dont ils découvrirent après la mort, la vie secrète et tragique.

    Les frères Goncourt. Cimetière Montmartre.

    Leur renommée fut assurée cependant, de leur vivant, par le fameux journal dont Jules fut le principal auteur jusqu'à sa mort (1870) et dont Edmond poursuivit la rédaction.

    Il est émaillé de conversations de salon (genre "potins de la commère") dont les lecteurs étaient friands. Il rapporte des anecdotes sur des écrivains comme Maupassant, Zola ou Alphonse Daudet...

    Certaines sont si méchantes qu'elles provoquent des brouilles irrémédiables.

    Quand Edmond en devint l'unique rédacteur, l'influence de Daudet et à travers lui de Drumont se fit sentir. Les "réflexions" antisémites se firent de plus en plus nombreuses et décomplexées.

    On a débaptisé le plus célèbre square de Montmartre parce qu'il portait le nom de Willette, un antisémite notoire. On n'a pas débaptisé le prix Goncourt qui continue d'exciter tout le petit monde littéraire!

    Un extrait tiré du journal, du 18 juin 1894 :

    Edmond y parle de "la vérité du type juif" dans les dessins de Tissot qui reproduisent "exactement les grands nez courbes, les sourcils broussailleux, les regards précautionneux, soulevant de lourdes paupières, et les pensées calculatrices, et les jovialités mauvaises, et la perfide cautèle sous la bouffissure des graisses de la face"

    Les frères Goncourt

    Les frères Goncourt

    On a tendance à oublier à quel point l'époque était marquée par l'antisémitisme et l'on frémit de voir la nôtre ressusciter les monstres.

    Bien sûr Edmond était aussi un brave homme (comme le bon docteur Ferdinand Céline qui soignait les pauvres gens) et un bon frangin qui accompagna Jules jusqu'à la mort avec patience et dévouement.

    Il décrivit la syphilis de son frère avec une précision de naturaliste. Il ne put par instant s'empêcher d'exprimer sa douleur : "Je suis triste de mon frère. Je ne peux plus tenir en place..."

    Jules de Goncourt

    Jules de Goncourt

    Edmond de Goncourt

    Edmond de Goncourt

    Les frères Goncourt. Cimetière Montmartre.

    Ce n'est qu'après sa mort que sera créée la célèbre Académie qui perpétue le nom des Goncourt selon les volontés testamentaires laissées par Edmond et dont Alphonse Daudet et Hennique furent les exécuteurs. Les oeuvres d'art de l'importante collection des écrivains fut vendue, l'argent placé pour créer cette Académie de dix membres chargés de récompenser chaque année un "ouvrage d'imagination en prose".

    Aujourd'hui les prix se sont diversifiés et distinguent poésie, nouvelles, premiers romans...

    Ils font partie du folklore français...

    Ils sont à la vie littéraire hexagonale ce que les coiffes sont aux Bigoudens et les bêtises à la ville de Cambrai!

    signature de Lenoir sur le bronze.
    signature de Lenoir sur le bronze.

    Les médaillons de bronze scellés sur la dalle mortuaire sont l'oeuvre d' Alfred-Charles Lenoir, un sculpteur qui reçut à la fin du XIXème de nombreuses commandes, ayant été deux fois "médaille d'or" aux Expositions Universelles de 1889 et 1900, ayant ainsi fait preuve d'un "académisme" de bon aloi!

    Parmi ses oeuvres, on peut voir à Paris, entre autres, le buste de Berlioz à Orsay, le monument à César Franck dans le square Samuel-Rousseau ou encore l'allégorie de la France du Moyen-Âge sur le pont Alexandre III...

    Monument à césar Franck, square Samuel-Rousseau. Alfred-Charles Lenoir.

    Monument à césar Franck, square Samuel-Rousseau. Alfred-Charles Lenoir.

    La France du Moyen-Âge. Pont Alexandre III. Lenoir.

    La France du Moyen-Âge. Pont Alexandre III. Lenoir.

    La tombe des Goncourt semble banale pour des écrivains qui aimaient se faire remarquer. Peut-être est-elle à l'image de l'Académie qui porte leur nom : sage et consensuelle.

    Laissons-leur les derniers mots avec ces quelques citations sur la vie et la mort tirées de leur journal :

    .

    -Qu'est-ce que la vie? L'usufruit d'une agrégation de molécules.

    -La mort pour certains hommes n'est pas seulement la mort : elle est la fin du propriétaire.

    -Combien d'hommes meurent dans un homme avant sa mort?

    -Pour nous faire accepter la vie, Dieu a été forcé de nous en retirer la moitié. Sans le sommeil, qui est la mort temporaire du chagrin et de la souffrance, l'homme ne patienterait pas jusqu'à la mort.

    -Les croque-morts appellent d'une terrible expression, une exhumation : un dépotage.

    ....Pas de souci pour les Goncourt. Nul ne songe à les "dépoter"!

    N'est pas Zola qui veut pour être "dépoté" du cimetière Montmartre et "rempoté" au Panthéon!

    Portrait d'Edmond de Goncourt par Eugène Carrière.

    Portrait d'Edmond de Goncourt par Eugène Carrière.


    0 0

    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.

    C'est un cabaret qui a laissé son nom dans l'histoire (politique et artistique) mais sans le tableau de Manet, ce nom aurait sans doute moins d'éclat!

    Tout commence au XVIIIème siècle quand la frontière de Paris s'arrête à ce qui sera plus tard la place de Clichy.

    Le village de Clichy la Garenne a sur son territoire plusieurs hameaux dont celui des Batignolles où une ferme accueille les parisiens pour leur servir le petit vin guinguet.

    Les affaires étant rentables, la ferme se transforme en cabaret, vraisemblablement vers 1765, "Au père Lathuille".

    La construction de la barrière des Fermiers Généraux est une aubaine pour le cabaret où viennent de plus en plus nombreux les parisiens qui apprécient de payer moins cher le vin et les alcools qui n'ont pas eu à passer la barrière de l'octroi.

    La barrière de Clichy (bureau de l'octroi, pavillon de Ledoux)

    La barrière de Clichy (bureau de l'octroi, pavillon de Ledoux)

    Horace Vernet.30 mars 1814
    Horace Vernet.30 mars 1814

    Le cabaret entre dans l'histoire le 30 mars 1814.

    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.

    Le tableau d'Horace Vernet rappelle ce jour héroïque.

    On y voit le maréchal Moncey dirigeant la défense de Paris et donnant des ordres à un colonel.

    On remarque le pavillon de l'octroi de Ledoux sur la gauche et au fond le cabaret du père lathuille.

    Le peintre rend hommage au cabaretier qui ouvre les portes de son établissement aux gardes nationaux, leur sert à boire et à manger sans lésiner. On lui prête la phrase historique adressée aux combattants qui allaient affronter l'armée russe :

    "Mangez, buvez, mes enfants! Il ne faut rien laisser à l'ennemi!"

    La résistance menée par Moncey fut assez héroïque pour tenir jusqu'à l'armistice. Des boulets russes détruisirent une partie du cabaret, l'un d'eux se ficha dans le comptoir. On l'y laissa et il put être caressé comme une relique par les clients jusqu'en 1860!

    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.
    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.
    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.

    Le cabaret se trouvait au n°7 actuel de l'avenue de Clichy qui s'appelait alors grande rue des Batignolles.

    Aujourd'hui à son emplacement s'élève un cinéma militant qui promeut les oeuvres de création, c'est le Cinéma des Cinéastes, apprécié des cinéphiles,

    Chez Aubry
    Chez Aubry

    La paix revenue, le cabaret accueille une clientèle plus large et son restaurant est apprécié pour ses plats originaux comme "la sole Moncey" ou "le poulet Lathuille" (aux fonds d'artichaut).

    Jouxtant l'établissement, au n°9 de l'avenue actuelle, Aubry, gendre du père Lathuille ouvre en 1830 un café au décor luxueux. La grande salle est décorée de peintures et, comble de luxe, éclairée au gaz. On peut jouer au billard dans une deuxième salle ou profiter du soleil dans un jardin à l'arrière.

    Une porte de communication permet de passer du cabaret du père Lathuille au café Aubry. Ce café deviendra célèbre quand Guerbois le rachètera.

    Beaucoup d'artistes fauchés habitent le quartier où les loyers sont moins élevés que dans la Nouvelle Athènes voisine. Les peintres, s'approvisionnent en matériel chez Hennequin, ami de Manet, dont la boutique est au 11 rue Grande des Batignolles.

    De la boutique au café Guerbois, il n'y a qu'un pas. Entre 1866 et 1875, le café est un lieu de rencontres et de réunions. On y voit Monet, Cézanne, Degas, Renoir, Pissaro, Sisley, Manet!

    Le café figurera dans le roman de Zola "l'Oeuvre" sous le nom de café Baudequin (contraction de Baudelaire qui fréquenta le café Guerbois et Hennequin le marchand de peintures)

    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.

    Manet peint son fameux tableau en 1880.

    Zola le décrit ainsi :

    "Il y a au salon de cette année une scène de plein air, Chez le père Lathuille, deux figures à une table de cabaret, d'une gaieté et d'une délicatesse de tons charmantes (...) "

    Manet représente Louis, le fils du patron attablé à côté d'Ellen Andrée, actrice de renom qui joue notamment dans les pièces de Courteline et qui sert de modèle à de nombreux peintres comme Renoir ou Degas. Manet l'a déjà représentée dans un tableau peint en 1875 : la Prune.

    Manet. La prune. (Ellen André)

    Manet. La prune. (Ellen André)

    La jeune-fille en blanc.
    La jeune-fille en blanc.

    Manet habitué du cabaret choisit encore pour modèle la fille du père Lathuille, Marguerite Gauthier-Latuille, pour son tableau, "La jeune-fille en blanc".

    Louis Gauthier-lathuille (1879)
    Louis Gauthier-lathuille (1879)

    Il peint une nouvelle fois Louis, le fils du père Lathuille, déjà représenté avec Ellen Andrée, dans un autre tableau...

    Le restaurant du père Lathuille cesse d'être à la mode dans les dernières années du XIXème siècle et Louis Gauthier-Lathuille qui a succédé à son père ne parvient pas à lui redonner le lustre d'antan.

    Il est vrai que la plupart des grands peintres qui fréquentaient l'établissement sont morts!

    avenue de Clichy (à gauche le Kursaal)

    avenue de Clichy (à gauche le Kursaal)

    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.

    Le cabaret ferme ses portes en 1906.

    Il est remplacé entre 1907 et 1927 par un Music-Hall, le Kursaal où se produisent, entre autres, Maurice Chevalier, Fréhel, Lucienne Boyer ou Berthe Silva...

    Tampon de l'Eden.

    Tampon de l'Eden.

    Le music-hall périclite comme la plupart des établissements montmartrois quand la vogue du 7ème art se répand. Il est transformé en cinéma-music-hall, l'Eden, avant de n'être plus qu'un cinéma le Mirage puis le Pathé Clichy (1943).

    En 1987 Claude Berri en prend la direction avec la Société des Auteurs réalisateurs et producteurs (l'ARP)

    Dernière métamorphose en 1996 quand le cinéma est baptisé par sa marraine Fanny Ardant : Le Cinéma des Cinéastes!

    On y trouve au 1er étage "le bistrot des cinéastes" sympathique mais un peu terne, sans un père Lathuille pour lui donner du panache!

    Y aura t-il des cinéastes pour utiliser son décor et lui assurer comme l'ont fait les Impressionnistes pour le cabaret du père Lathuille une renommée internationale?!!!

    Fresque dans le Cinéma des Cinéastes.

    Fresque dans le Cinéma des Cinéastes.

    En complément les panneaux historiques (pelles Starck) devant le 7 et le 9 de l'avenue de Clichy....

    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.
    7 avenue de Clichy. Le Père Lathuille.

    7 avenue de Clichy. Le Père Lathuille.

    Le cabaret du père Lathuille. Avenue de Clichy.
    9 avenue de Clichy. Guerbois.

    9 avenue de Clichy. Guerbois.


    0 0

    Ellen Andrée fut une actrice d'un certain renom, interprète de Courteline, de Guitry, et choisie par André Antoine pour jouer dans Poil de Carotte de Jules Renard ou La Terre de Zola.

    Pourtant, si son nom reste connu aujourd'hui c'est parce qu'elle a servi de modèle à quelques uns des plus grands peintres de son temps.

    Ellen Andrée par Nadar

    Ellen Andrée par Nadar

    Ellen Andrée. Modèle à Montmartre. (Manet, Degas, Renoir...)

    Ellen Andrée (1857-1925) commence tôt sa carrière d'actrice. Elle a 17 ans quand elle débute au théâtre du Palais Royal.

    Elle jouera par la suite aux Variétés, à la Renaissance, aux Folies Bergères...

    Elle est vite remarquée par les artistes qui sont attirés par sa "présence", sa sensualité et sa bonne humeur.

    Parmi les premiers à lui demander de poser, Manet n'est pas le moindre !

    Manet. La parisienne (Ellen Andrée) 1874

    Manet. La parisienne (Ellen Andrée) 1874

    Dans la Parisienne (1874) elle est une femme élégante et digne, vêtue de noir. Etonnant tableau qui prend le contrepied de ce que son titre peut suggérer. La Parisienne n'est pas la coquette, piquante et accueillante qui fait fantasmer l'Europe mais une femme endeuillée, figure austère et hiératique, un portrait qui évoque Goya (la Marquise de la Solana).

    Elle semble sortir du poème "A une passante" de Baudelaire:

    (...) Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,

    Une femme passa, d'une main fastueuse

    Soulevant, balançant le feston et l'ourlet.

    (...)

    Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,

    Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais.

    Manet. La Prune. (Ellen Andrée) 1878

    Manet. La Prune. (Ellen Andrée) 1878

    Peint quatre ans plus tard, le tableau "La Prune" donne une autre image de la femme. Ellen Andrée en bonne comédienne, peut jouer tous les rôles!

    Elle est attablée dans un café, le verre avec le fruit et l'eau de vie devant elle. Le décor est celui de la Nouvelle Athènes que fréquentait Manet, place Pigalle. Les lignes du cadre à l'arrière-plan mettent en valeur le visage de la femme, une femme du peuple, soeur de celles que décrit Zola. Fatiguée, dans une attitude de laisser-aller, elle s'abandonne un moment, la cigarette éteinte, au plaisir d'un moment de solitude et de rêverie.

    Manet. Chez le père Lathuille (1879)

    Manet. Chez le père Lathuille (1879)

    Dans le célèbre tableau peint chez Lathuille en 1879, on la retrouve avec à ses côtés Louis Gauthier-Lathuille, le fils du cabaretier.

    Elle est de nouveau vêtue en bourgeoise, un peu raide, à la fois intéressée et sur la réserve devant un jeune homme sensuel et dragueur. A l'arrière plan, un garçon de café observe la scène. Il est l'image même du peintre ou de l'écrivain naturaliste (Zola, Manet) qui observent la société!

    Ellen Andrée. Modèle à Montmartre. (Manet, Degas, Renoir...)

    Quittons Manet et revenons en arrière, en 1874, quand Gervex (un authentique Montmartrois, né en 1852 dans le village que Paris n'avait pas encore annexé) peint Rolla en s'inspirant du poème de Musset. C'est Ellen Andrée qui pose pour lui mais exige que son visage ne soit pas reconnaissable!

    .

    "Henri Gervex répandit mon anatomie sur le lit de son "Rolla". Je ne tenais pas à être reconnue en cette Manon d'une tenue si abandonnée. Je recommandai à Gervex : surtout ne lui donnez pas ma figure!

    Bref, pour le visage, c'est une brune qui posa...." Ellen Andrée.

    Ellen Andrée. Modèle à Montmartre. (Manet, Degas, Renoir...)

    Elle n'a que 21 ans quand elle pose pour ce tableau et elle ne tient pas à compromettre sa jeune carrière.

    De plus, elle subit encore l'influence du milieu familial et d'un père officier qui ne badine pas avec la morale!

    Ellen Andrée. Modèle à Montmartre. (Manet, Degas, Renoir...)

    Le tableau fait scandale et il est exclu du salon, ce qui assure sa célébrité! Les curieux émoustillés défilent en rangs serrés dans l'atelier de Gervex pour l'y voir!

    Le poème de Musset nous présente un jeune débauché qui, écoeuré par sa vie sans idéal, décide de se suicider alors que Marie, la prostituée avec qui il a une liaison est étendue, abandonnée sur le lit.

    J.K. Huysmans remarque surtout la figure masculine dans le tableau de Gervex. Il écrit :

    "Le jeune homme regarde, regrettant et dégoûté, la fille inerte, avachie dans un long somme. Cette figure ravagée et sombre, détachée dans un flux de lumière blanche est vraiment belle. Dans ce dépoitraillé de costume, dans cette chemise au plastron et aux manches froissées, cet homme a grande allure et je vois dans cette fille éboulée, après des intimités haletantes, sur un lit, un coin de parisianisme et de modernité qui évoque en moi des souvenirs du grand et divin poète Charles Baudelaire."

    Gervex. Avant l'opération. 1887.

    Gervex. Avant l'opération. 1887.

    Ellen Andrée pose pour un autre tableau de Gervex quelques années plus tard. Le tableau "Avant l'opération" s'intitulait en réalité "Le docteur Péan enseignant à ses élèves à l'hôpital Saint-Louis, sa découverte du pincement des vaisseaux"!

    C'est un hommage à Rembrandt et à sa Leçon d'anatomie.

    La fin du déjeuner; Renoir.

    La fin du déjeuner; Renoir.

    Renoir ne manque pas de la remarquer chez ses amis et il la fait poser pour plusieurs de ses toiles comme "la fin du déjeuner"....

    Ellen andrée. Renoir

    Ellen andrée. Renoir

    Le déjeuner des canotiers. Renoir.(1881)

    Le déjeuner des canotiers. Renoir.(1881)

    Ellen Andrée. Modèle à Montmartre. (Manet, Degas, Renoir...)

    Dans le célèbre déjeuner des canotiers, elle est présente parmi les 4 personnages du groupe principal, autour de la table. A droite, assis à califourchon sur sa chaise, le peintre Caillebotte semble plus intéressé par la femme en face de lui que par sa voisine (Ellen Andrée) vers laquelle se penche le journaliste italien, Maggiolo.

    .

    Renoir privilégie sa sensualité et sa grâce. Ell sera satisfaite du résultat et considérera que c'est lui qui aura été le plus fidèle à sa nature de femme libre et vivante.

    L'Absinthe. Degas. 1873

    L'Absinthe. Degas. 1873

    Elle ne pense pas la même chose de Degas qui la fait poser pour son tableau "l'Absinthe".

    Elle est assise à côté de Marcellin Desboutin dans le café de la Nouvelle Athènes, place Pigalle, où Manet avait déjà peint "la Prune".

    Degas donne à voir l'isolement des buveurs enfermés dans leur monde. Zola apprécie l'oeuvre et il dira à Degas, à propos de "l'Assommoir" : "J'ai tout bonnement décrit quelques uns de vos tableaux."

    Ellen Andrée s'inquiète d'être assimilée à la femme alcoolique que le peintre a représentée. Elle insiste pour qu'il précise qu'elle était une femme tout à fait sobre et qu'il lui avait fait jouer un rôle de composition!

    Ellen Andrée. Modèle à Montmartre. (Manet, Degas, Renoir...)
    Ellen Andrée. Modèle à Montmartre. (Manet, Degas, Renoir...)

    A force de fréquenter les peintres, Ellen Andrée finit par en épouser un!

    En 1887, elle devient la femme de Henri Drumont, un vrai Montmartrois puisqu'il est né en 1859 dans la commune libre (comme Gervex), un an avant qu'elle ne soit rattachée à la capitale!

    Près de la barque; Henri Drumont.

    Près de la barque; Henri Drumont.

    Laissons les derniers mots à Ellen Andrée qui évoque son existence d'artiste et de modèle :

    "J'ai toujours été fourrée dans les peintres : Degas, Renoir, Manet... Ils m'ont tous fait mon portrait plus ou moins, souvent plutôt deux fois qu'une, mais j'ai perdu tout cela en des ventes, je partais pour l'Amérique, j'étais amoureuse..."

    (Ellen Andrée par Jean d'Arc. Le Courrier Français 1891

    Un coin d'atelier (1887) Edouard Joseph Dantan (Ellen Andrée)

    Un coin d'atelier (1887) Edouard Joseph Dantan (Ellen Andrée)

    Ellen Andrée. Degas (1876)

    Ellen Andrée. Degas (1876)

    Femme dans la rue. Degas. 1879. (Ellen Andrée)M

    Femme dans la rue. Degas. 1879. (Ellen Andrée)M

    Au café. Manet (1878) (Ellen Andrée)

    Au café. Manet (1878) (Ellen Andrée)


    0 0

    L'écrivain dans sa mansarde montmartroise.
    L'écrivain dans sa mansarde montmartroise.

    Poulbot a illustré de nombreux livres et en particulier ceux qui comme Poil de Carotte ou pour la Maternelle avaient pour personnages des enfants pauvres ou maltraités.

    Avec les Scènes de la vie de bohême, il délaisse un moment les enfants pour s'intéresser au monde des adultes!

    Un monde qu'il traite avec moins de tendresse (et moins de talent?)

    Murger par Nadar
    Murger par Nadar

    Henri Murger (1822-1861) faisait partie du monde des artistes fauchés qu'il décrit dans son livre le plus célèbre.

    Les artistes "bohêmes" n'avaient rien à voir avec ceux qu'on appelle aujourd'hui les bobos! D'une part ils étaient de vrais artistes (Murger exclut de son roman les escrocs et les nuls), d'autre part ils étaient pauvres et s'ils habitaient le quartier latin ou Montmartre, c'est que les meublés y étaient alors bon marché! Aujourd'hui ils en seraient chassés!

    Murger a vécu à Montmartre les dernières années de sa courte vie. C'est de son dernier domicile,11 rue Véron, qu'il sera transporté à la Maison Dubois, aujourd'hui hôpital Fernand Widal, où il mourra.

    Il est enterré au cimetière Montmartre.

    Poulbot est né bien presque 20 ans après la mort de Murger mais il a fréquenté à Montmartre des peintres et des poètes désargentés qui menaient une vie comparable à celle De Rodolphe, Marcel ou Schaunard les héros des Scènes de la vie de Bohême.

    Il était prévisible que l'on fît appel à lui pour illustrer le célèbre livre. Il en existe deux éditions, une de 1909 et l'autre de 1946. Les reproductions de cet article viennent de la deuxième édition.

    Ce sont des aquarelles hors texte.

    J'ai recherché les passages qu'elles illustraient pour en citer quelques extraits.

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Arrivé devant sa maison que Schaunard eut quelques difficultés à reconnaître, il s'assit un instant sur une borne en attendant Rodolphe et Colline qui étaient entrés chez un marchand de vin encore ouvert, pour y prendre les premiers éléments d'un souper. Quand ils furent de retour, Schaunard frappa plusieurs fois à la porte."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Le dessin de Poulbot est proche de la caricature. Nul romantisme dans son interprétation. Les jeunes artistes (Rodolphe a 24 ans!) paraissent déjà vieux!

    Il n'essaie pas "d'embellir" une réalité souvent triviale, dominée par la nécessité de se nourrir et de boire....

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Au milieu des allées désertes, Rodolphe voyait souvent fuir devant lui, comme effrayés par le bruit de ses pas, des couples mystérieusement enlacés et cherchant, comme dit le poète : la double volupté du silence et de l'ombre. (...) Il s'assit sur un banc."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "(...) Une pièce de monnaie grande comme un écu et à moitié rongée par la rouille et le vert de gris."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Le dessin de Poulbot semble ici illustrer un roman de Balzac!

    Les trognes sont exagérément expressives et Médicis, le "Juif", à l'arrière-plan correspond à tous les poncifs racistes de l'époque.

    Cependant, Poulbot, bien qu'il ait participé à la revue "Bas les pattes" dont bien des collaborateurs étaient antisémites, ne peut être soupçonné de racisme. On ne trouvera pas dans son oeuvre (contrairement à celle de Willette ou Caran d'Ache) des dessins de propagande et de haine.

    Tout au plus peut-on regretter que ses gamins, répétant les paroles de leurs parents, se croient autorisés à parler "bêtement" de Zola, soupçonné de vouloir enrégimenter la jeunesse dans le camp des dreyfusards!

    Poulbot a 19 ans quand il publie ce dessin. Ses gamins sont encore en gestation. Bientôt ils deviendront de vrais "poulbots, gouailleurs, ironiques et libres d'esprit!

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.
    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Marcel rentra avec un pot de fleurs qu'il avait été acheter au marché. Il trouva Musette qui s'était jetée tout habillée sur le lit."

    Poulbot retrouve un trait plus gracieux pour représenter les jeunes femmes. On verra cependant qu'il a du mal à les différencier. Mimi, Musette ou Francine se ressemblent comme des soeurs jumelles!

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Marcel se remit sans mot dire à son travail; il acheva de noyer un Egyptien dans les flots de la Mer Rouge. Comme il accomplissait cet homicide, Rodolphe laissa tomber une seconde pièce de 5 francs et en observant la figure que le peintre allait faire, il se mit à rire dans sa barbe (...)"

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.
    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "J'achéterai des gants et je ménerai Laure dîner dans un restaurant où on donne des serviettes."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "-Est-ce que tu vas sortir comme ça? dit Marcel à son ami.

    -Parbleu, dit Rodolphe, je me moque pas mal de l'opinion. D'ailleurs c'est aujourd'hui le commencement du carnaval.

    Et il traversa tout Paris avec l'attitude grave du quadrupède dont il habitait le poil;"

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    C'est l'illustration que je préfère!

    Poulbot ne peut s'empêcher d'y glisser un de ses gosses au nez rougi de froid, au regard émerveillé et complice!

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Schaunard demeurait à Montmartre. C'était tout Paris à traverser. Cette pérégrination était des plus dangereuses pour Rodolphe."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Poulbot est chez lui quand il peint Montmartre!

    Il ne peut s'empêcher de mettre deux gamins dans la rue des Saules!

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Ici nous sommes au café Momus où Barbemuche observe les amis du cénacle en pleine discussion, sans cacher son intérêt ni son désir d'entrer dans la bande.

    ;

    "Le personnage étranger considérait cette scène avec une curiosité grave; de temps en temps on voyait sa bouche s'ouvrir comme pour un sourire."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    On voit ici Rodolphe, Marcel et Schaunard avec leurs compagnes, Mimi, Musette et Phémie tandis que Carolus (Barbemuche) essaie de séduire l'assemblée pour être acccepté dans la confrérie.

    .

    "Rodolphe se montra poli avec Carolus, Schaunard fut familier, Marcel resta froid. Pour Carolus, il s'efforça d'être gai et affectueux avec les hommes, en restant très indifférent avec les femmes."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Colline est à la recherche de Rodolphe :

    "Il ne veut pas vous répondre, reprit le concierge en déposant à la porte de Rodolphe une paire de bottes vernies et une paire de bottines de femmes qu'il venait de cirer."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Rodolphe courut à l'endroit où il la soupçonnait être, et là il put à loisir s'enfoncer en plein coeur une de ces preuves auxquelles il faut croire quand même. Les yeux bordés d'une auréole de volupté, il vit Mademoiselle Mimi sortir du manoir où elle s'était fait anoblir, pendue au bras de son nouveau maître et seigneur, lequel, il faut le dire, paraissait beaucoup moins fier de sa nouvelle conquête que ne le fût Paris, le beau berger grec, après l'enlèvement de la belle Hélène."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Peu de jours se passaient sans qu'un orage éclatât dans l'un des ménages. Tantôt c'était Mimi et Rodolphe qui, n'ayant plus la force de parler, s'expliquaient à l'aide de projectiles qui leur tombaient sous la main. Le plus souvent c'était Schaunard qui faisait du bout d'une canne, quelques observations à la mélancolique Phémie...."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Marcel avait émargé chez Médicis le prix de 18 portraits de caporaux à 6 francs."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Poulbot illustre une des pages les plus émouvantes du roman. Il s'agit de la mort de Francine à qui son amant est allé acheter le manchon dont elle rêvait.

    .

    "C'était le matin du jour de la toussaint, Francine venait de mourir. Deux hommes veillaient au chevet. L'un qui était debout était le médecin, l'autre était Jacques, l'amant de Francine. Il était plongé dans une douloureuse insensibilité."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Musette habitait un charmant appartement à la Chaussée d'Antin. Au moment où on lui remit la lettre de Marcel, elle était en compagnie (...)"

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    "Il se leva sans rien dire et faillit tomber dans la chambre aux premiers pas qu'il fit, tant il était faible et abattu."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Une page à la fois romantique et drôle. Rodolphe veut revivre avec sa nouvelle compagne qui s'appelle Juliette, la pièce deShakespeare. Il a tout prévu, l'échelle et en guise de rossignol un pigeon dans sa cage. Hélas, il n'y a rien à manger!

    .

    "Le sort du pigeon-pendule était fixé. Rodolphe avait allumé du charbon, il faisait revenir du lard dans le beurre frémissant; il avait l'air grave et solennel. Juliette épluchait des oignons dans une attitude mélancolique. Le pigeon chantait toujours."

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.
    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    Après la mort des plus faibles, les femmes surtout, les héros sont enfin reconnus dans leur art. La vie de Bohême est finie.

    Comme la jeunesse.

    Elle laisse au coeur beaucoup d'amertume et de regret.

    .

    Pour la dernière illustration, Poulbot nous montre quelques gamins moqueurs et joueurs derrière un notable en représentation.

    Il a comme les héros de Murger mangé de la vache enragée mais a fini comme eux dans la gloire et l'opulence, accompagnant l'évolution de Montmartre où le maquis des gosses a été remplacé par des immeubles cossus et par l'avenue Junot où Poulbot s'est fait construire une immense maison....

    Maison de Poulbot, avenue Junot.

    Maison de Poulbot, avenue Junot.

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    En conclusion, on peut trouver que les illustrations de Poulbot ne sont pas au diapason du livre ironique et noir de Murger. Poulbot n'est pas à l'aise avec la maladie et la mort qui hantent les Scènes de le vie de bohême.

    Il redevient l'artiste rare et généreux qu'il était quand un enfant prend vie sous son crayon.

    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.
    Poulbot. Henri Murger. Scènes de la Vie de Bohême.

    0 0

     

    maquis 014

    Montmartre, dans son âge d'or (âge de misère en vérité mais aussi de bouillonnement créatif) ne compte plus ses originaux et ses provocateurs. L'un d'eux, le plus mystérieux peut-être, si rares sont les témoignages de son existence, est Georges Braindinbourg.

    Qui est-il?

    braindinbourg.jpg

    On ne sait pas grand chose de lui sinon qu'il était journaliste au Courrier Français, organe satirique dont les illustrateurs n'étaient autres que Willette, Chéret ou Forain. Ces artistes aimaient se réunir au café du Rat Mort à Pigalle. Georges Braindinbourg faisait partie de la bande. Il aimait, perché sur une chaise, tel un prof du haut de sa chaire, dispenser à ses collègues des cours de haute philosophie.

    braindinbourg-le-rat-mort.jpg

                                                              Le Rat Mort, place Pigalle.

    Il est le chef de file d'un mouvement qui ne compte que lui parmi ses membres : le Trouisme. La doctrine est simple. Le trou est le centre du monde. C'est par un trou que nous venons au monde. C'est par un trou que nous respirons, que nous mangeons, que nous déféquons. C'est dans un trou que nous disparaîtrons.

    Le grand philosophe a des ambitions politiques et il décide de se présenter aux élections législatives du XVIIIème arrondissement en 1898.

    braindinbourg2.jpg

    Parmi les principales propositions qui forment son programme politique, on trouve les articles suivants :

    -Agrandissement du bassin de la place Pigalle, trop petit pour permettre l'élevage de la morue.

    -Suppression des trous dans le gruyère (encore des trous!)

    -Impôts sur la bêtise humaine.

    -Suppression du nombril sur toutes les représentations peintes,dessinées ou sculptées d'Adam et Eve. Le premier homme et la première femme n'ayant pas eu de mère, ils ne pouvaient avoir de nombril.

     

    abbaye de theleme1

                                                              Bassin de la place Pigalle

     

    On ne connaît hélas que peu d'anecdotes sur le personnage. On trouve dans le livre de Jean-Paul Crespelle "La vie quotidienne à Montmartre au temps de Picasso" ces quelques lignes :

    Braindinbourg vint nous ouvrir la porte de son atelier de la rue Ordener. Sur la table il y avait trois assiettes mal lavées et un camembert qui coulait dans sa boite. Des petits lardons fondaient dans une poêle. Il les versa dans une casserole remplie de lentilles, remua le tout avec son sexe qu'il avait sorti de sa culotte. Après cette opération il versa les lentilles dans un plat. "Servez-vous dit-il en s'asseyant sur une caisse". Sa cuisine ne nous disait pas grand chose : nous nous contentâmes du camembert et d'un verre de rouge.

    "Ce que vous pouvez être bourgeois!" dit Braindinbourg d'un air méprisant.

    A. Abbaye et Thèlème et rat mort . Pigalle

    Notre homme était aussi poète et il autorisa qu'après sa mort on publiât l'ensemble de sa production qui tenait dans un seul et unique alexandrin qui méritait de passer à la postérité : 

    "Quand le poète est mort, il fait encor' des vers."

    braindinbourg3.jpg

    Le grand poète mourut dans la misère et dans son minuscule atelier. Il tomba de son grabat et ce faisant cassa la pipe qu'il fumait en fermant les yeux. Quand il trouva son ami par terre Vlaminck s'écria : "Crédieu! Notre Braindinbourg a cassé sa pipe". L'expression est restée célèbre.

    Dernier clin d'oeil du destin qui est une peau de vache : Deux jours après sa mort, Braindinbourg recevait par courrier notarié une convocation pour toucher l'héritage considérable que lui laissait son père disparu 29 ans plus tôt 

    braindinbourg-trou.jpg

     

    Nul ne sait dans quel trou Braindinbourg repose aujourd'hui.

    ..............................................................................................................

    Liens :

    Liste et liens: Peintres et personnages de Montmartre. Classement alphabetique.

    Rues de Montmartre. Classement alphabétique.

    Cimetière Montmartre. Classement alphabétique. Calvaire et Saint-Vincent.

    Listes des liens des monuments et lieux typiques de Montmartre historique et moderne.

     

    Le baron Pigeard. Union Maritime de la Butte Montmartre.

    Frédé, le Lapin Agile et l'Âne Lolo.

    ..............................................................................................................

     

    ..

     

     

     


    0 0

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    C'était un beau jardin parisien apprécié de tous les habitants du quartier et des touristes.

    Il a subi deux catastrophes dont il s'est mal remis et qui ont fait de lui un jardin à moitié pelé, avec arbres chétifs et bac à sable douteux!

    Avant sa création, il y avait à son emplacement et à celui du lycée Jacques Decour 37 000m2 occupés par une 'tuerie"

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    C'est à dire des abattoirs, lieux sinistres entre tous, créés par décret de Napoléon (grand expert en tueries) en 1810.

    Les abattoirs de Montmartre, dits de Rochechouart étaient les plus importants des cinq construits à Paris pour des raisons d'hygiène et centraliser les innombrables annexes douteuses des boucheries.

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    Ils emplirent leur fonction jusqu'en 1867 quand furent construits les immenses abattoirs de la Villette.

    Aujourd'hui la Cité des Sciences et de l'Industrie les a remplacés et les usines à tuer ont déménagé loin des villes pour que les cris d'agonie des animaux ne viennent plus troubler la tranquillité des citadins.

    Les abattoirs de Montmartre.

    Les abattoirs de Montmartre.

    colège Rollin avenue Trudaine. (lycée Decour)
    colège Rollin avenue Trudaine. (lycée Decour)

    La plus grande partie des terrains libérés est utilisée pour la construction d'un de ces établissements-casernes caractéristiques de l'époque : le collège Rollin, aujourd'hui lycée jacques Decour..

    C'est en 1877 que le square est aménagé par l'architecte Camille Formigé à qui on doit entre autres les serres d'Auteuil classées monument historique.

    Il conçut également les plans du jardin qui devait s'étendre en pente devant le sacré- Coeur.

    Les serres d'Auteuil (la serre tropicale)
    Les serres d'Auteuil (la serre tropicale)

    Sur le périmètre restant après la construction du collège, environ 4000 m2 (la rue d'Anvers sera annexée en 2000, portant la superficie à 4 600 m2) Camille Formigé dessine son jardin en humaniste soucieux d'offrir aux habitants un espace harmonieux composé de nature et d'art.

    Des arbres sont plantés en double rangée, des platanes essentiellement, tandis qu'au centre une pelouse ouvre l'espace. A chaque extrémité un socle de pierre porte une statue de bronze.

    La statue côté nord rend hommage à Sedaine.

    .La statue de Sedaine

    .La statue de Sedaine

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    Sedaine (1719-1797) est un dramaturge populaire connu pour ses livrets d'opéras comiques. Il était très proche des Encyclopédistes, notamment de Diderot dont la statue était érigée côté sud.

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    Diderot trônait donc, tourné vers le sud, jusqu'à ce que le Gouvernement de Vichy, grand amateur d'art, ordonnât par un décret de 1941 de déboulonner et de fondre plus de 70 statues parisiennes parmi lesquelles celles du square d'Anvers.

    Il est vrai que le siècle des Lumières indisposait les Nazis et Vichy aux ordres de ces derniers.

    Diderot (Lecointe)

    Diderot (Lecointe)

    Léon Lecointe (1826-1913) est l'auteur de ces statues sacrifiées. Ce sont ses oeuvres les plus célèbres!

    Il ne nous laisse donc modestement pour sa gloire que des "souvenirs" de statues.

    Horace Vernet. Le siège d'Anvers.
    Horace Vernet. Le siège d'Anvers.

    Lors de sa création, le square reçoit le nom qui est le sien et celui de la place avec ses deux rues dont l'une, le long du Collège Rollin lui sera annexée plus tard.

    Ce n'est pas par amour pour la Flandre qu'Anvers est choisi mais parce que cette ville fut le lieu d'une victoire française! En 1832 le corps expéditionnaire français envoyé dans la Belgique en ébullition et en révolution se heurta à une garnison hollandaise stationnée dans la citadelle d'Anvers. Il fit le siège de la ville, bombarda des quartiers où se terraient les civils et offrit la ville aux Belges.

    Un monument fut érigé pour célèbrer les soldats français tombés pendant le siège mais la Ville d'Anvers n'en voulut pas et l'envoya à Tournai!

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    La France de la Renaissance. Pont Alexandre III. Jules Coutan.
    La France de la Renaissance. Pont Alexandre III. Jules Coutan.

    Il y avait encore, pour célébrer l'événement, une colonne dite de "La Paix armée". La statue qu'elle portait a été fondue comme les autres pendant l'occupation mais le modèle en ayant été conservé elle a été refaite et installée en 1986 sur la colonne de Jules Coutan, loin de Montmartre, au parc Montsouris.

    Jules Coutan (1848-1939) n'a pas eu de chance avec Vichy puisque sa Porteuse de pain du square St Jacques a subi le même sort que La Paix armée, Diderot et Sedaine, néanmoins les Parisiens peuvent voir plusieurs de ses oeuvres rescapées (pont Bir Hakeim, Orsay, Pont Alexandre III) et les New-Yorkais peuvent lever les yeux sur "The Glory of Commerce" qu'il réalisa pour Grand Central Terminal!

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    Viennent les glorieuses années 1970!

    Rappelons-nous sous le règne de Pompidou l'esthète, l'agrégé délicat, les saccages que subit alors notre ville!

    Destruction des Halles de Baltard... Transformation des voies sur berges en autoroute pour "adapter la ville à la voiture (diesel bien entendu)... Destruction du Palais de marbre rose de l'avenue Foch... Destruction du cirque Médrano sur le boulevard Rochechouart...etc...etc...etc

    Le square d'Anvers n'échappa point à ce vandalisme!

    On sacrifia le kiosque à musique,on abattit les arbres centenaires, on creusa un parking pour film d'épouvante, on calma la révolte populaire en replantant des arbrisseaux qui au-dessus de la dalle de ciment restèrent chétifs!

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    Les riverains tentèrent en vain de s'opposer à l'abattage des arbres. Certaines mères de famille se juchèrent dans les branches.

    En vain! On n'arrête pas le progrès!

    Le square fut recomposé et découpé en petits espaces clos, pour les enfants. Une cage genre grillages pour les parcs zoologiques servit de terrain de Basket.

    Surprise! un kiosque réapparut! C'est le seul bonheur que connut le pauvre square qui ressemble aujourd'hui aux petits espaces rapés et compartimentés que l'on aménage dans les cités.

    Musique et fête populaire en 1902

    Musique et fête populaire en 1902

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Place d'Anvers avec le dôme du Sacré-Coeurt en construction.
    Place d'Anvers avec le dôme du Sacré-Coeurt en construction.

    Aujourd'hui il ne reste ni statue, ni colonne, ni velléité d'oeuvre d'art dans le square saucissonné.

    Le parking a imposé sa loi et aucun architecte d'aujourd'hui n'a su remplacer Formigé. Autres temps autres moeurs!

    Côté est, l'alignement d'immeubles fin de siècle a pour adresse "Place d'Anvers". Nous n'en retiendrons que trois qui ont un peu compter dans la vie montmartroise: le 12, le 2 et de l'autre côté de la rue Gérando l'immeuble qui fait face au 2.

    Le Café des Oiseaux
    Le Café des Oiseaux

    Commençons par le 12, le Café des Oiseaux.

    C'est là que Breton situe une des scènes de l'Amour Fou. Il rencontre Jacqueline Lamba dans un café de la place Blanche. C'est elle qui lui donne rendez-vous à minuit au Café des Oiseaux...

    La jeune femme et Breton parlent pendant deux heures avant de quitter le café et déambuler ensemble dans les rues nocturnes de Paris. .

    On voit ici le square et la rue de Dunkerque. Le café des Oiseaux apparaît tel que l'a connu Breton.

    On voit ici le square et la rue de Dunkerque. Le café des Oiseaux apparaît tel que l'a connu Breton.

    Autre numéro qui eut sa gloire, le 12. Il y eut à cette adresse un restaurant de renom, "Les Ducs de Bourgogne". Jean Moulin l'appréciait et avant lui Courteline qui y vint souvent pour y écrire après s'être empli la panse comme il le faisait avec plus de régularité à l'Auberge du Clou non loin de là, sur l'avenue Trudaine.

    Il fréquenta également face au n°2 la Brasserie Trudaine où il jouait à la manille. Le café a changé de nom et l'on n'y joue plus à la manille! C'est le Grand comptoir d'Anvers!

    Un établissement un peu tristouille qui aurait bien besoin d'un Courteline de notre temps pour l'égayer!

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    Avant de quitter le square d'Anvers, un petit coup d'oeil sur son environnement...

    Le métro "Anvers" connu des touristes et des pickpockets!

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    ...Le fronton enfin restauré de l'Elysée Montmartre...

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Partie du square sur la rue qui longeait le lycée.
    Partie du square sur la rue qui longeait le lycée.

    Le lycée Jacque Decour...

    Le lycée côté Rochechouart

    Le lycée côté Rochechouart

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    La rue Briquet...

    ...et quelques images du passé...

    La place d'Anvers

    La place d'Anvers

    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.
    Square d'Anvers. Montmartre. Place d'Anvers.

    Liens : toutes les rues et places de Montmartre, les artistes, les monuments, le cimetière....

    .

    Rues et places de Montmartre

    Monuments, lieux typiques, curiosités de Montmartre

    Peintres, artistes, célébrités de Montmartre

    Cimetière de Montmartre


    0 0

    Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

    C'est une des artères les plus célèbres de Montmartre, l'une des plus recherchées et des plus opulentes. Sur les terrains où vivaient les plus pauvres des Montmartrois s'est construite une avenue réservée aux plus riches!

    En effet c'est le "nettoyage" du Maquis qui a libéré un espace offert aux spéculateurs. Quelques irréductibles maquisards ont résisté aussi longtemps qu'ils ont pu et c'est grâce à eux que subsistent au milieu des immeubles et des villas quelques arpents de nature!

    Le maquis. L'avenue Junot se termine là, en rejoignant la rue Caulaincourt.

    Le maquis. L'avenue Junot se termine là, en rejoignant la rue Caulaincourt.

    Fin de l'avenue Junot, rue Caulaincourt et place Constantin Pecqueur..

    Fin de l'avenue Junot, rue Caulaincourt et place Constantin Pecqueur..

    ... Par bonheur, le projet initial qui prévoyait la destruction du château des Brouillards et de l'impasse Girardon a été modifié in extrémis!

    La destruction du maquis se réalisa en plusieurs étapes.

    En son centre fut tracé un axe qu'on appela "rue" Junot en 1893 mais ce n'est qu'en 1910 que commença le lotissement de la portion comprise entre les rues Simon Dereure et Caulaincourt et en 1912 entre Girardon et Dereure.

    Le maquis. L'impasse Girardon.

    Le maquis. L'impasse Girardon.

    C'est par un décret de 1910 que la rue est promue en "avenue" Junot!

    Promotion imméritée pour ses 450 mètres de long et ses 20 mètres de large!

    Le général Junot et sa femme, la duchesse d'Abrantès.  (Marguerite Gérard)

    Le général Junot et sa femme, la duchesse d'Abrantès. (Marguerite Gérard)

    Le nom de Junot convient à cette avenue tracée à grands coups de sabre dans le village de bric et de broc où survivaient ferrailleurs, chiffonniers, rempailleurs, marchands des 4 saisons et leur marmaille joueuse et frondeuse qui inspira à Poulbot ses plus beaux dessins.

    Le général Junot (1771-1813) surnommé La Tempête par Napoléon est un guerrier audacieux , colonel général des Hussards, toujours aux avant-postes, prêt à recevoir tous les coups. Et il en reçut tant que de Campagne d'Egypte en Campagne de Russie, il en perdit la tête et se jeta par la fenêtre du logis paternel où sa santé mentale l'avait exilé.

    Sa femme la duchesse d'Abrantès mériterait autant que lui de donner son nom à une rue! A la mort de son mari, elle a une liaison avec le jeune Balzac qui pense à elle en écrivant "La femme de trente ans". Elle a rédigé ses mémoires, corrigés par le même Balzac, Elle a tenu un salon à la mode. Elle a sa demeure éternelle au cimetière Montmartre voisin, contrairement à son mari enterré en Bourgogne, à Montbard.

    La Duchesse d'Abrantès. (Goya)

    La Duchesse d'Abrantès. (Goya)

    Le début de l'avenue peut déconcerter car côté impair il porte le nom de l'impasse Girardon.

    Début de l'avenue (à dte impasse Girardon) photo de Kertesz

    Début de l'avenue (à dte impasse Girardon) photo de Kertesz

    Impasse Girardon (côté pair de l'avenue Junot!)

    Impasse Girardon (côté pair de l'avenue Junot!)

    Quelques maisons modestes de l'ancien village y ont survécu et c'est au 2, que Gen Paul avait son atelier.

    L'atelier de Gen Paul.

    L'atelier de Gen Paul.

    Gen Paul (1895-1975) de son vrai nom Eugène Paul est un authentique Montmartrois né 69 rue Lepic (immeuble peint par Van Gogh) et qui a vécu toute son existence sur la Butte. En simplifiant on peut le classer parmi les Expressionnistes et, hélas sans simplifier, parmi les artistes antisémites qui ne voyaient pas d'inconvénient moral à rencontrer Otto Abetz. Pas étonnant qu'il ait eu pour ami Céline, son voisin de la rue Girardon qui lui rendait visite régulièrement.

    Alors qu'à l'épuration Céline dut s'enfuir, Gen paul resta à Montmartre et ne fut pas inquiété !

    Cette "injustice" nourrira le ressentiment de l'écrivain qui se vengera en donnant à "Jules" personnage de sa "Féérie pour une autre fois" les traits peu flatteurs et peu flattés du peintre!

    Paysage Montmartre. Gen Paul.

    Paysage Montmartre. Gen Paul.

    Les fans de Céline continuent de crier à la discrimination en constatant qu'aucune plaque commémorative n'est apposée sur son immeuble alors qu'il y en a une, sur la maison de Gen Paul et que des lettres de belle taille : "ATELIER DE GEN PAUL" peintes au-dessus des fenêtres rendent hommage au peintre qui ne se contentait pas de créer en cet endroit mais qui y recevait en même temps que Céline quelque amis collaborateurs!

    Pochoir sur l'immeuble de la rue Girardon. (Photo du blog "Le petit Célinien").

    Pochoir sur l'immeuble de la rue Girardon. (Photo du blog "Le petit Célinien").

    .

    Ils tentent de réparer cet affront avec des pochoirs qui rappellent le passage de l'écrivain sur la Butte et commémorent avec émotion le couple qui s'aima en ce lieu pendant les années terribles et les rafles. Ils pourraient ajouter que de leur fenêtre avec vue imprenable, les tourtereaux purent voir stationner sur l'avenue les bus de la rafle du Vel d'Hiv chargés de nettoyer Montmartre de sa "juiverie".

    Impasse Girardon. Le jardinet de l'atelier de G.P

    Impasse Girardon. Le jardinet de l'atelier de G.P

    Côté impair, au n° 1, derrière le moulin de la Galette, le Ciné 13 théâtre qu'on appelle plus simplement "le 13" est proche de l'ancien théâtre du Tertre, transformé dans les années 70 en cinéma par Claude Lelouch qui le décora dans le style des années 30 pour servir de cadre à son film "Edith et Marcel". Il est aujourd'hui dirigé par la fille du réalisateur, Salomé Lelouch, elle -même metteur en scène.

    J'ai connu le temps pas très éloigné où l'on pouvait regarder des films, installés dans de grands fauteuils de cuir rouge, une flute de champagne à la main!

    Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.
    Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.
    Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

    Une allée privée s'ouvre à côté du 13. De petits immeubles ont été construits sur le parc qui entourait le Moulin de la Galette.

    Le parc installé sur la propriété du meunier Debray peu avant sa destruction

    Le parc installé sur la propriété du meunier Debray peu avant sa destruction

    Le moulin vu de la rue Lepic. Derrière lui passera l'avenue Junot.

    Le moulin vu de la rue Lepic. Derrière lui passera l'avenue Junot.

    Arrière du moulin où sera tracée l'avenue Junot.

    Arrière du moulin où sera tracée l'avenue Junot.

    Entrée bien gardée de l'allée privée

    Entrée bien gardée de l'allée privée

    Immeubles construits sur les anciens terrains du moulin

    Immeubles construits sur les anciens terrains du moulin

    le moulin qui montre son derrière à l'avenue Junot!

    le moulin qui montre son derrière à l'avenue Junot!

    Côté pair, passé le square, un immeuble moche et sans aucun style, le n° 10, s'est élevé là où des fouilles archéologiques avaient retrouvé le plan d'une villa gallo romaine, rappel de l'occupation antique de la Butte quand des temples dédiés à Mercure et à Mars s'y élevaient, ancêtres païens du Sacré coeur!

    (quelques colonnes antiques ont été remontées dans l'église Saint-Pierre.)

    Le 10 à l'emplacement d'une villa gallo romaine.

    Le 10 à l'emplacement d'une villa gallo romaine.

    Le 12 a été construit en 1925. Ses lignes fortes et rythmées sont typique de l'Art Déco.

    Le 12.
    Le 12.

    Le 12.

    La grande guerre ayant interrompu les travaux, c'est dans les années 20 qu'ils reprirent et firent de cette "avenue" un véritable musée Art Déco.

    Le 5

    Le 5

    Il n'y a rien à dire du 5, banal et BCBG, sinon qu'il est sur la ligne jadis marquée par des repères de bronze du méridien de Paris.

    Il subsiste ici et là quelques médaillons à l'effigie d'Arago.

    Le 9.
    Le 9.

    Le 9.

    Le 9 est un bel immeuble des années 20. C'est une belle architecture dominée par une tour avec vue panoramique....

    Le 11. Accès interdit!
    Le 11. Accès interdit!

    Le 11. Accès interdit!

    Passez votre chemin devant le 11. C'est tout juste si quelques ouvertures dans le blindage vous permettent d'y jeter un oeil! C'est pourtant là que vécut Suzanne Valadon de 1925 jusqu'à sa mort en 1938.

    La maison fut achetée par Maurice Utrillo qui profita des moyens que lui apporta un contrat passé avec Bernheim.

    Avenue Junot. Suzanne Valadon et son fils!

    Avenue Junot. Suzanne Valadon et son fils!

    11 et 13 avenue Junot. La maison de Poulbot. (Utrillo)
    11 et 13 avenue Junot. La maison de Poulbot. (Utrillo)

    Le 13 est un des immeubles les plus photographiés. C'est la maison de Poulbot sans qui Montmartre ne serait pas Montmartre (il est vrai que le contraire est vrai, Poulbot ne serait pas Poulbot sans Montmartre!)

    Là où vivaient les gosses qu'il avait tant dessinés, Poulbot se fit construire cette imposante villa.

    Le 13

    Le 13

    En même temps qu'il faisait construire cette maison, il finançait pour les gosses un dispensaire, rue Lepic.

    Il dessina pour la façade quelques mioches dont les gros visages en mosaïques forment une frise. Ils ont perdu l'insolence et la fraîcheur des premiers dessins et préfigurent les poulbots botoxés qui sont vendus aux touristes place du Tertre et qui sont reproduits sur les cartes postales.

    Le 13 et ses gros poulbots

    Le 13 et ses gros poulbots

    Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

    ..

    Traversons la rue poursuivis par ce cauchemar ... et réfugions-nous au 14bis.

    Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.
    Avenue Junot. Montmartre. (1) du 1 au 14bis.

    ... et reposons-nous avant de poursuivre la visite de l"avenue Junot! 

    (à suivre)

    l'avenue Junot (photo de Kertesz). On reconnaît à gauche la maison de Poulbot et, mitoyenne, celle d'Adolf Loos pour Tzara.

    l'avenue Junot (photo de Kertesz). On reconnaît à gauche la maison de Poulbot et, mitoyenne, celle d'Adolf Loos pour Tzara.


    0 0

    Le 15.

    Le 15.

    Après la visite de la première partie de l'avenue, nous arrivons devant le 15, un des immeubles les plus remarquables.

    Remarquable il l'est au moins pour deux raisons.

    D'abord parce qu'il fut construit par Adolf Loos dont il est la seule et unique réalisation en France. Ensuite parce qu'il fut la demeure de Tristan Tzara,

    Projet de Loos pour Chicago.

    Projet de Loos pour Chicago.

    Adolf Loos est un architecte viennois (1870-1933) en rupture avec les modes de son temps. Il exècre le "décor" sous lequel l'Art Nouveau dissimule les structures et les matériaux. Son ouvrage principal est un manifeste : "Ornement et Crime"!

    Il importe pour lui d'être fonctionnel, sans afféterie. Le matériau brut est lui-même décor. Loos n'est pas sans influence sur Le Corbusier et sa mouvance.

    Maison Loos classée "monument historique".
    Maison Loos classée "monument historique".
    Maison Loos classée "monument historique".

    Maison Loos classée "monument historique".

    Il ouvre la voie à l'architecture dépouillée qui s'imposera bientôt avec des architectes qui n'auront ni l'audace ni le talent des précurseurs et construiront des barres et des tours sans fantaisie qui pèseront sur leurs habitants comme sur les paysages violentés.

    N'oublions pas que le Corbusier, le dieu intouchable, avait prévu au coeur de Paris, le long de la Seine et dans le Marais des tours semblables et alignées à la place des vieux quartiers!

    Le plan Voisin par Le Corbusier. Le Louvre échappe à la reconstruction et le Marais historique n'est plus qu'un souvenir!!!

    Le plan Voisin par Le Corbusier. Le Louvre échappe à la reconstruction et le Marais historique n'est plus qu'un souvenir!!!

    Maison Loos-Tzara. La salle de séjour. Ne subsiste de l'ancien décor que la cheminée.

    Maison Loos-Tzara. La salle de séjour. Ne subsiste de l'ancien décor que la cheminée.

    C'est Tristan Tzara (1896-1963) qui voulut cette demeure rigoureuse, lui le poète du hasard et de la fantaisie.

    On connaît son rôle dans la création du dadaïsme. Quand il débarque à Paris, il habite d'abord chez Picabia avant d'emménager dans la grande maison fonctionnelle, avec Gréta Knutson, sa femme.

    Tristan et Greta Knutson (1926)

    Tristan et Greta Knutson (1926)

    Tzara par Delaunay.

    Tzara par Delaunay.

    Tristan Tzara.

    Tristan Tzara.

    Greta Knutson (1899-1983) artiste suédoise, peintre et poète, vit avec son mari dans cette maison jusqu'en 1942.

    C'est là que naît en 1927 leur fils Christophe qui jouera dans les rues de Montmartre et passera sous les fenêtres de Poulbot.

    Portrait de la 1ère épouse de René Char. (Greta Knutson 1944)

    Portrait de la 1ère épouse de René Char. (Greta Knutson 1944)

    Après avoir quitté Tzara, Greta Knutson connaîtra une brève histoire d'amour avec René Char.... Mais voilà qui nous entraîne loin de Montmartre et de l'avenue Junot!

    Avenue Junot (2) Montmartre. Du 15 au 23 et villa Léandre. Loos. Tzara...

    Notons qu'il y eut un autre occupant célèbre de la maison de Tzara, c'est l'acteur-metteur en scène- réalisateur Jacques Fabbri qui y vécut jusqu'à sa mort en 1997.

    Vestiges du maquis et boulodrome.
    Vestiges du maquis et boulodrome.
    Vestiges du maquis et boulodrome.

    Vestiges du maquis et boulodrome.

    Le maquis à l'arrière du moulin. C'est à travers lui qu'est tracée la rue puis l'avenue Junot.

    Le maquis à l'arrière du moulin. C'est à travers lui qu'est tracée la rue puis l'avenue Junot.

    Le maquis derrière le moulinj

    Le maquis derrière le moulinj

    Après le 15, une parcelle de maquis a survécu. C'est ainsi que le 17 abrite un boulodrome dont les membres ont tenu tête aux promoteurs. Les boulistes du CLAP ont gagné la partie et continuent de tirer et pointer librement!

    Traversons et jetons un coup d'oeil aux numéros pairs...

    Le 16

    Le 16

    Charles Berling et Michel Bouquet. ("Comment j'ai tué mon père." Anne Fontaine)

    Charles Berling et Michel Bouquet. ("Comment j'ai tué mon père." Anne Fontaine)

    Montmartre plaît aux artistes. Il n'est donc pas étonnant qu'un de nos meilleurs acteurs, Charles Berling ait élu domicile dans cette belle maison claire de l'avenue.

    Le 16 bis.
    Le 16 bis.

    Le 16 bis.

    Le 18
    Le 18

    Le 18

    Le 18bis

    Le 18bis

    Les 20 et 22.

    Les 20 et 22.

    Solange Moret
    Solange Moret

    Le 20 a vu passer quelques célébrités.

    Pierre Feuillère (1906-1945), acteur connu surtout pour avoir été le mari d'Edwige Feuillère y vécut avec sa deuxième femme, Solange Moret (1908-1945), actrice belge. C'est dans cette maison qu'ils se suicidèrent le 13 juin 1945.

    Nagui. Photo Télé Première.
    Nagui. Photo Télé Première.

    C'est encore au 20 qu'un célèbre animateur télé vécut de 1998 à 2002. Il s'agit de Nagui qui resta fidèle à Montmartre et déménagea à quelques centaines de mètres de l'avenue, place du Calvaire, dans une des plus hautes demeures de la Butte : la maison Borde, son jardin luxuriant, ses hauts murs qui interceptent les regards indiscrets.

    Le 22
    Le 22
    Le 22

    Le 22

    Le 22 est une belle maison de briques avec décor floral stylisé art-déco.

    A la hauteur du 23, on peut deviner un passage barré par un énorme rocher, c'est le passage Depaquit, dit de la Sorcière.

    Il rejoint la rue Lepic et bien que mentionné par tous les guides touristiques, il est réservé depuis quelques années aux riverains et aux boulistes, privant les amoureux de Montmartre de son charme et de son utilité!

    Il y a en son milieu une fontaine en rocaille désaffectée qui s'appelait à l'origine "fontaine du sourcier". Avec le temps elle se transforma en fontaine de la sorcière, puis, l'eau une fois tarie en rocher de la sorcière.

    Passage Dépaquit côté rue Lepic.

    Passage Dépaquit côté rue Lepic.

    C'est une histoire de litige comme il en existe tant entre les copropriétaires riverains du passage, exaspérés par le manque d'entretien, par la présence de dealers et la mairie du XVIIIème peu empressée à en assurer la restauration et l'entretien.

    Bref ce n'est pas l'intérêt commun qui a triomphé et le passage bien pratique pour se rendre du bas Montmartre au haut Montmartre est désormais privé !

    Les copropriétaires s'étant montrés peu conciliants et ne prenant en compte que leur propre avantage se sont "payés" ce passage public sur le dos des habitants du quartier et des touristes.

    Mais gageons que l'histoire n'est pas finie! La pétition des Montmartrois attachés à la liberté du passage est forte de milliers de signatures parmi lesquelles celles d'acteurs célèbres (Richard Berry, Charles Berling)... qui habitent le quartier.

    La sorcière n'a pas dit son dernier mot, elle a des pouvoirs qui se révèleront un jour et feront tombert les grilles!

    Passage Depaquit. Le rocher.

    Passage Depaquit. Le rocher.

    Gros-plan sur le rocher.

    Gros-plan sur le rocher.

    Les moulins. De gauche à droite : La Petite Tour, le Blute Fin (la Galette), le moulin Vieux, le moulin Neuf.

    Les moulins. De gauche à droite : La Petite Tour, le Blute Fin (la Galette), le moulin Vieux, le moulin Neuf.

    Toujours au même niveau de l'avenue, se dressait un des moulins qui le long de la crête (au-dessus de la rue Lepic) se succédaient.

    C'était le Moulin Neuf édifié en 1741 et propriété d'un certain Jean-Jacques Devaux qui avait acheté auparavant le Moulin Vieux (situé à la hauteur du 11 avenue Junot). Sur le terrain entourant ce dernier, il fit construire le nouveau.

    Villa Léandre.

    Villa Léandre.

    Au 23bis s'ouvre une impasse pittoresque, la Villa Léandre, gagnée elle aussi sur le maquis. Des petits pavillons qui évoquent les chalets de bord de mer se serrent les uns contre les autres, épaule contre épaule.

    Villa Léandre

    Villa Léandre

    La femme torpille. (Charles Léandre, l'Assiette au Beurre)

    La femme torpille. (Charles Léandre, l'Assiette au Beurre)

    La voie fut crée en 1926 et s'appelait villa Junot.

    C'est en 1936 qu'elle prend le nom de villa Léandre, rendant hommage à un peintre, dessinateur, caricaturiste prolifique et doué, ami des plus grands comme Steinlen ou Forain...

    Dessin publicitaire. Charles léandre.

    Dessin publicitaire. Charles léandre.

    Mille détails nous transportent loin de la ville ; on se croirait dans une province tranquille, on s'imagine que la plage n'est pas loin!

    Villa Léandre (détails)
    Villa Léandre (détails)
    Villa Léandre (détails)

    Villa Léandre (détails)

    C'est le meilleur endroit pour faire une pause avant de repartir à la découverte de la dernière partie de l'avenue Junot!

    ...à suivre..

    Chemin derrière le moulin, emplacement de l'avenue Junot!

    Chemin derrière le moulin, emplacement de l'avenue Junot!


    0 0

    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!
    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!

    Tous les habitants du quartier connaissent la Cité du Midi qui comme la Cité Véron voisine est un hâvre bucolique et paisible au coeur d'un des quartiers les plus trépidants de Paris.

    Cigarettes et whisky...
    Cigarettes et whisky...

    Cigarettes et whisky...

    Hélas les noctambules ne sont pas toujours des gens bien élevés et l'alcool aidant trouvent dans l'impasse accueillante un endroit idéal pour se soulager ou vomir sur le pavé la nourriture et les alcools que leur estomac violenté ne supporte pas.

    A chaque matin sa surprise! Bouteilles cassées...préservatifs...petite culotte oubliée...cigarettes (de toutes sortes)...arbustes saccagés... Prévert qui habitait à quelques pas n'aurait pas eu le coeur d'ajouter à la liste un raton-laveur!

    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!
    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!
    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!

    Les noctambules qui ne s'écroulent pas sur le pavé, trouvent parfois amusant de casser les pots de fleurs comme s'il s'agissait de dégommer dans les fêtes foraines un maximum de cibles!

    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!
    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!

    Les habitants retrouvent le matin la ruelle qu'ils ont agrémentée de fleurs et de plantes, vandalisée, empuantie, défigurée.

    Fatigués de réparer les dégâts, de replanter, de refleurir, ils ont fini par s'adresser à la mairie de l'arrondissement pour trouver un remède à ce vandalisme nocturne.

    Passage privatisé et rocher de la Sorcière! Scandale qui persiste!

    Passage privatisé et rocher de la Sorcière! Scandale qui persiste!

    Voilà qui nous rappelle le scandale du Passage Depaquit connu des Montmartrois et des touristes où les riverains pour les mêmes raisons que ceux de la Cité du Midi ont perdu patience et ont fini par privatiser la voie qui pourtant ne leur appartenait pas. Des célébrités du quartier, des milliers d'habitants ont eu beau pétitionné pour qu'on leur rouvre l'accès, ils n'ont pas été entendus. Aujourd'hui le scandale subsiste!

    Rien de tel avec la Cité du Midi.

    Simulation d'une grille et d'une enseigne façon Cité Véron.

    Simulation d'une grille et d'une enseigne façon Cité Véron.

    En effet, les riverains soucieux de l'intérêt public, conscients que leur impasse était appréciée des touristes et des Montmartrois qui ont gardé la nostalgie du village perdu, ne demandent pas qu'on ferme leur ruelle.

    Ils demandent, ce qui est la moindre des choses qu'elle soit protégée la nuit, par une grille, des incursions des fêtards indélicats et des consommateurs de substances plus ou moins licites!

    Cité du Midi. Pigalle. Pittoresque et nature à préserver!

    C'est une initiative que tous les Montmartrois défendent car elle profite à tous. Pour ma part, moi qui suis un vieil amoureux inconditionnel de mon quartier, je la trouve justifiée et généreuse car elle ne s'accompagne pas d'un repli égoïste de privilégiés soucieux de privatiser leur espace.

    Le maire du XVIIIème

    Le maire du XVIIIème

    Le maire a été averti par lettre des problèmes que rencontrait la Cité, des 12 plaintes pour dégradations déposées en quelques mois et des 7 interpellations pour vol, violences et cambriolages.

    Le vendredi 19 décembre une entrevue a eu lieu entre les riverains, Eric Lejoindre le maire du XVIIIème accompagné de son adjoint Félix Beppo, de Sylvain Hammoudi responsable de la sécurité et de Bocar Diallo responsable de la propreté. Elle a été cordiale et constructive.

    Nous pouvons donc avoir bon espoir pour que le problème soit résolu et que cette voie parisienne continue d'enchanter les promeneurs et les poètes!

    C'est une affaire à suivre...

    Nous la suivrons attentivement!

    Une terrasse pour suivre l'évolution du XVIIIème!

    Une terrasse pour suivre l'évolution du XVIIIème!

    Est-il toujours vivant ce gardien de la Cité que j'ai photographié en 2009?

    Est-il toujours vivant ce gardien de la Cité que j'ai photographié en 2009?


    0 0

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    J'aime le jour de Noël revoir ces fresques de la chapelle Baroncelli dans l'église Santa Croce de Florence.

    Elles ont été peintes entre 1328 et 1338 par Taddeo Gaddi qui était l'assistant, le disciple et l'ami de Giotto.

    Elles rayonnent de la simplicité, de l'humanité, de l'imaginaire quasi onirique qui sont les caractéristiques du Maître!

    Un décor simplifié, une architecture minimale concentrent l'attention sur les acteurs du mystère.

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.
    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Les anges y sont présents à chaque étape de l'histoire, comme ils sont présents dans nos vies si nous faisons l'effort de les voir!

    Marie tête levée reçoit la nouvelle incroyable.

    L'Amour l'a choisie pour donner au monde l'amour.

    Visage attentif et doux, visage sérieux aussi...

    Rien de mièvre ni de convenu dans la peinture de Gaddi...

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Tout paraît harmonieux et dépouillé...

    Tout paraît silencieux...

    Et pourtant l'attention se concentre sur la femme qui protège son enfant. Elle est belle et digne comme une reine. Les animaux qui ne se trompent pas tendent la tête vers elle qui porte son enfant.

    Côté gauche, ce n'est pas la même ambiance! C'est le côté des hommes, des mâles! On a plus de mal à accepter ce dénuement et ce scandale!

    Le peintre ne peut s'empêcher d'ajouter une note ironique et bien masculine en peignant un Joseph mécontent et peut-être soupçonneux! Il faut reconnaître que c'est lui qui a le plus d'efforts à fournir pour accepter la volonté divine. Il se replie sur lui-même, il baisse la tête mais déjà il se transforme... son auréole en est le signe!

    Un témoin se penche. Un moine, un spectateur, le regard inquiet et incrédule presque mécontent! Qu'est-ce que c'est que cette histoire?

    La-haut, les anges virevoltent comme des gamins!

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Au-dessus des collines, un ange transperce la nuit pour avertir les bergers.

    C'est à eux qu'il s'adresse en premier

    Eux les hommes de paix, les plus humbles des hommes

    Eux qui vont sans tarder s'agenouiller devant celui qui plus tard sera comme eux berger

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Ils semblent voler dans les nuages au-dessus de leurs bêtes qui s'éveillent. Ils vont se mettre en chemin sans poser de question.

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Ce n'est pas l'ange mais le nouveau-né qui apparaît aux rois mages

    vision de film fantastique que cet extra-terrestre entouré de rayons

    Etonnante apparition

    Les puissants de ce monde ont besoin d'un prodige plus grand que de simples anges pour se sentir interpelés!

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Il y a un contraste marqué entre l'apparition du nouveau-né et la masse des trois hommes

    Les rois sont comme saisis et pris dans la lumière qui les soulèvent

    Ils s'étonnent mais ils entendent le message

    ils vont suivre l'enfant-étoile

    Scène onirique et idéale!

    Imaginez les milliardaires de notre temps se mettant en route avec leur fortune vers l'étoile qui brille au-dessus des camps de réfugiés ou des bidonvilles....

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Quelques jours après Noël, ils arrivent là où l'étoile les a conduits

    L'un d'eux se prosterne

    Les deux autres debout sur le seuil commentent

    Joseph n'est plus à l'écart, il est à côté de sa femme et de son enfant

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

    Nous sommes dans la Palestine occupée par les Romains, devant un enfant né du mauvais côté...

    Un enfant qui chaque année renaît à Bethleem

    Un enfant qui porte comme tout nouveau-né l'espérance des hommes

    Chapelle Baroncelli. Taddeo Gaddi. Noël à Florence.

older | 1 | .... | 4 | 5 | (Page 6) | 7 | 8 | .... | 21 | newer